Hakuna Mateta

le
0
Hakuna Mateta
Hakuna Mateta

Anonyme promesse de National il y a encore quelques semaines, Jean-Philippe Mateta s'est retrouvé projeté propulsé entre les rumeurs de transferts, la vie d'un joker et la salle de presse du Parc OL. Récit entre Sevran et Châteauroux, en passant par Drancy et un maillot de Ronaldo.

Bob Bradley a le regard fixé sur sa montre. Derrière ses lunettes fines, la main posée sur le bas du visage, l'entraîneur américain du Havre cherche des réponses et tente de comprendre ce qui est en train de se passer devant lui. Ce soir-là, le stade Océane n'est rempli qu'à 20% de sa capacité totale, le lot d'un deuxième tour de Coupe de la Ligue programmé un mardi soir, en plein mois d'août, à 18h30. Quelques jours plus tôt, le HAC venait alors d'enregistrer sa première défaite de la saison à domicile contre Troyes (1-3), et tout a une nouvelle fois déraillé. Après la rencontre, Bradley viendra même "s'excuser auprès des supporters" devant la presse locale. Depuis, Le Havre n'a plus retrouvé le sourire. Mais, la France a découvert un gosse de 19 ans. Sur une subtile talonnade d'abord, sur une jambe gauche jetée ensuite, sur une lourde sacoche du droit pour finir. Châteauroux, tombé en National en 2015 après avoir été sauvé d'une première descente un an plus tôt suite à l'affaire Luzenac, vient de retrouver la lumière pendant quatre-vingt-dix minutes avec une large victoire au Havre (5-2). C'était le 23 août dernier. Une date qui restera comme celle où Jean-Philippe Mateta a été lancé à pleine vitesse dans un monde qui ne lui était pas forcément destiné. Entre la médiatisation, le récit d'un transfert historique vers l'Olympique Lyonnais contre une enveloppe de deux millions d'euros (plus trois millions liés à plusieurs bonus, avec l'assurance de toucher 20% de la future plus-value à la revente) et une dernière volée claquée contre le poteau de corner de Gaston-Petit, sa célébration de toujours, contre Créteil (1-1) le 10 septembre.

Youtube
[H2…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com