Hakan Yak?n, la tête de Turc

le
0
Hakan Yak?n, la tête de Turc
Hakan Yak?n, la tête de Turc

En 2003, le PSG s'offrait l'homme à tout bien faire du FC Bâle en la personne du meneur de jeu Hakan Yakın. Le Suisse devait prendre la suite de Ronaldinho et envoyer des caviars à Pauleta avec le numéro 10 sur le dos. Trois semaines après son arrivée en grande pompe, le milieu de terrain s'est fait bazarder par le club pour une sombre histoire médicale. Au final, Yakın n'aura jamais joué au PSG. Retour sur une histoire que seul le PSG est capable de magnifier.

Été 2003, les Franciliens se cherchent un bon blockbuster pour aller claquer 15 euros et s'empiffrer de pop-corn dans un complexe cinématographique de Paname. Au menu Hulk, Terminator 3 ou Charlie's Angels 2. Au PSG, c'est un peu pareil. On a un choix à faire avec le portefeuille à la main. Ronaldinho au Barça, le PSG se cherche une rampe de lancement pour sa nouvelle recrue Pauleta. Face aux différents CV repérés, les dirigeants parisiens envoient des " wizz " à tous les MSN Messengers connectés. Peu de réponse. De Pedretti à Essien en passant par Riquelme, Deco, Zenden et Malouda, les portes ne s'ouvrent jamais. Et puis le PSG sonne chez un jeune Brésilien de vingt ans au surnom cocasse : Kaká.


Tout est ficelé, sauf pour Vahid Halilhodžić qui recale le joueur et s'en explique dans L'Équipe le 29 juillet 2003 : " Kaká, ça peut m'intéresser sur ce que j'ai vu sur cassette, mais on ne peut pas recruter un joueur sur une cassette. Il faut le suivre sur plusieurs mois, du moins sur plusieurs matchs. J'aimerais connaître ses qualités footballistiques et humaines, car désormais, au PSG, il faut bien réfléchir avant de dépenser un euro. " Trois semaines plus tard, Kaká débarque à l'AC Milan pour 8 millions d'euros. La suite, on la connaît. Paris misera sur Branko Bošković, un Serbe au pied gauche délicieux dont le seul fait d'armes restera un doublé au Vélodrome en Coupe de la Ligue contre un OM dans lequel évoluait Bixente Lizarazu. Entre Kaká et Bošković, Paris signera pourtant un joueur. Plutôt doué. Ce garçon, c'est Hakan Yakın. Pas la peine de chercher la trace d'un match officiel du Suisse dans la capitale, il n'en a jamais fait. Les deux parties termineront leur aventure devant le tribunal des prud'hommes.

Paris grille Liverpool, Dortmund et l'Atlético sur le dossier Yakın


Rembobinons un peu. Après le refus de Kaká, Vahid Halilhodžić se montre moins regardant quant aux futures recrues. Ainsi, quand le CV de Yakın tombe sur son bureau, il se laisse amadouer. Début août, tout est ficelé entre le FC Bâle – club où Yakın vient de passer deux saisons à marcher sur tout le monde – et le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant