Haïti : un bus fonce dans la foule, 38 morts et 13 blessés

le , mis à jour à 11:25
0
Haïti : un bus fonce dans la foule, 38 morts et 13 blessés
Haïti : un bus fonce dans la foule, 38 morts et 13 blessés

Un autobus a foncé accidentellement sur une foule dimanche matin dans la ville de Gonaïves à Haïti, à 150 kilomètres au nord de la capitale Port-au-Prince. 38 personnes ont été tuées et 13 autres sont blessées, selon les responsables de la protection civile.

«Le bus a d'abord heurté deux piétons, faisant un mort et un blessé», a déclaré à l'AFP Marie-Alta Jean Baptiste, directrice de la protection civile haïtienne. «Il s'est alors enfui et s'est trouvé face à trois bandes de rara (des musiciens à pied, NDLR). Il leur a foncé dessus et 33 personnes sont mortes».

Arrivés rapidement sur place, les services de secours ont transporté les blessés à l'hôpital de la ville de Gonaïves: parmi eux, quatre ont succombé à leurs blessures dans la journée de dimanche.

VIDEO. Un autobus fonce dans la foule en Haïti : 38 morts et 13 blessés

 

A l'hôpital La Providence, les survivants de l'accident, survenu de nuit, un peu avant 4 heures du matin, sont encore sous le choc. «On était dans la bande, on prenait du plaisir et puis le bus est passé en écrasant les gens» témoigne Jean-Renald Edouard, allongé sur un des lits du service d'urgences. «Il m'a heurté à la hanche et je suis tombé, après c'est le trou noir», raconte cet homme de 26 ans, sa petite amie à son chevet.

A quelques mètres, Guerda Fénélus empêche les mouches de se poser sur le visage de son petit-fils Peterson, inconscient.

«Une de mes petites-filles a été tuée par ce bus et lui est ici. Il n'a toujours pas parlé: il vit car il est sous oxygène», dit cette femme de 61 ans. «Je souffre de le voir ainsi et c'est son silence qui me tue: s'il parlait, je pourrais avoir de l'espoir», soupire Guerda.

 

 

Peur des lynchages

 

En Haïti, par peur d'être lynchés par des riverains, les conducteurs impliqués fuient souvent les lieux d'un accident de la route.

Pour cette raison, la police est intervenue rapidement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant