Haïti : Port-au-Prince se reconstruit lentement

le
0
Deux ans après le séisme qui fit au moins 200 000 morts, Haïti dépend toujours de l'aide internationale.

Le Champ de Mars n'a toujours pas retrouvé son visage. Deux après le séisme, qui a ravagé Haïti ensevelissant 200.000 personnes, le cœur de Port-au-Prince demeure un vaste camp de toile où s'entassent des milliers de sans-abri. Au loin, le palais présidentiel gît toujours avachi, comme un symbole d'une reconstruction qui tarde.

L'île manque encore de tout et les urgences s'accumulent. La première demeure le logement. Le tremblement de terre avait jeté à la rue 1,5 million de personnes. Il reste aujourd'hui 500.000 sinistrés, qui survivent sans eau courante, sans électricité, sans soins. Leur situation est aussi difficile qu'aux premiers jours.

Le système de santé, d'éducation et parfois même de sécurité dépendent encore entièrement des organisations internationales, au point qu'Haïti a glané le surnom de République des ONG.

«L'État n'a pas les moyens d'intervenir»

Ainsi Médecins du monde a assuré en 2011 plus de 250.000 consultations à Port-au-Prince.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant