Haïti-Plus d'une vingtaine de candidats à la présidence

le
0
    PORT-AU-PRINCE, 23 juin (Reuters) - Plus d'une vingtaine de 
personnes ont soumis un acte de candidature à l'élection 
présidentielle d'Haïti, y compris les quatre candidats arrivés 
en tête lors du premier tour du précédent scrutin, annulé pour 
cause de fraude massive, ont déclaré mercredi les autorités du 
pays. 
    Le nombre de candidats à la présidence est ainsi deux fois 
moins élevé que lors du scrutin du 25 octobre, ce qui pourrait 
faciliter l'organisation du vote dans l'un des pays plus pauvres 
du monde. Un nouveau premier tour aura lieu le 9 octobre 
prochain, et le second tour le 8 janvier 2017. 
    Un certain nombre de candidats qui s'étaient présentés aux 
électeurs en octobre se sont engagés à soutenir Jude Celestin, 
arrivé deuxième lors du précédent scrutin. 
    "Cet effort concerté est un choix en faveur de la stabilité 
et de la démocratie, (un choix) contre la corruption et des 
élections frauduleuses", a dit à des journalistes Jude Celestin. 
    Jovenel Moïse, arrivé en tête du vote organisé il y a huit 
mois, s'est à nouveau présenté, ainsi Jean-Charles Moïse et 
Maryse Narcisse, qui avaient fini respectivement en troisième et 
en quatrième position. 
    L'inscription au scrutin de Jovenel Moïse, qui avait 
bénéficé du soutien du président sortant Michel Martelly, lève 
les incertitudes entourant la volonté de son parti, le PHTK, de 
prendre part au processus électoral. 
     La décision prise en janvier par le conseil électoral 
d'annuler le scrutin présidentiel avait été critiquée par le 
Parti haïtien Tèt Kale (PHTK) 
    "Il n'est pas question d'abandonner le processus électoral 
parce que nous avons foi en la démocratie et que le moyen 
d'accéder au pouvoir dans une démocratie passe par une 
élection", a dit Rudy Hériveaux, porte-parole de PHTK. 
    "Si l'élection est libre, équitable et démocratique, il ne 
fait aucun doute que Jovenel Moïse va gagner." 
    Au début du mois, le président haïtien par intérim, 
Jocelerme Privert, a annoncé qu'il resterait à son poste jusqu'à 
l'an prochain avant de remettre le pouvoir à un président élu, à 
moins que le Parlement ne s'y oppose.  ID:nL8N18Z039  
 
 (Joseph Guyler Delva, Benoît Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant