Haïti: l'ONU appelle la population à participer aux élections

le , mis à jour à 11:38
0
Sandra Honoré, à la tête de la Minustah, la mission de l'ONU en Haïti, lors d'une interview à l'AFP, le 30 septembre 2016 à Port-au-Prince ( AFP/Archives / HECTOR RETAMAL )
Sandra Honoré, à la tête de la Minustah, la mission de l'ONU en Haïti, lors d'une interview à l'AFP, le 30 septembre 2016 à Port-au-Prince ( AFP/Archives / HECTOR RETAMAL )

Sandra Honoré, à la tête de la Mission de l'ONU en Haïti (Minustah), appelle les citoyens à dépasser leurs difficultés quotidiennes pour participer aux élections présidentielle et législatives dimanche.

Ces scrutins ont été réorganisés plus d'un an après la première tenue de ces votes, annulés en raison de fraudes massives.

QUESTION: Le vote de dimanche est une étape de plus dans ce long processus électoral. Pensez-vous que les autorités sont prêtes pour ce nouveau scrutin ?

REPONSE: "J'espère que ce processus électoral va se dérouler correctement. Il est vrai que le décret qui fournit le cadre à ces élections a été signé le 2 mars 2015, cela a donc été un long parcours avec plusieurs défis. Le conseil électoral provisoire est en train de tout faire pour faciliter la tenue des élections, surtout après les ravages du cyclone Matthew (début octobre). Le gouvernement haïtien également est en train de travailler pour la réhabilitation d'un grand nombre d'écoles, qui vont servir de centres de vote, et pour la réhabilitation de routes pour que la population des quatre départements affectés par le cyclone puissent avoir accès aux centres de vote".

Des affiches de candidats à l'élection présidentielle, le 18 novembre 2016 à Port-au-Prince,
Des affiches de candidats à l'élection présidentielle, le 18 novembre 2016 à Port-au-Prince, en Haïti ( AFP / HECTOR RETAMAL )

Q: Comprenez-vous le manque de motivation des milliers d'électeurs qui ont tout perdu avec l'ouragan, qui manquent de nourriture et d'eau potable mais à qui aujourd'hui on demande d'aller voter ?

R: "Il est très important qu'Haïti puisse donner le signal qu'elle est en mesure de passer outre un certain nombre de problèmes, qu'elle est en mesure de retrouver l'ordre constitutionnel. On peut se lamenter sur le fait que le cyclone Matthew a ravagé et détruit énormément dans les quatre départements du grand sud, mais je crois que le peuple haïtien est très conscient des enjeux. Il a indiqué sa détermination pour aller de l'avant et ceci va comporter évidemment d'autres sacrifices. Un de ces sacrifices sera de tout faire pour mettre de côté toutes les difficultés pour pouvoir exercer leur droit de vote pour choisir les personnes qu'ils voudront pour les représenter et choisir ceux qui vont avoir la direction du pays dans leurs mains. Le pays a un nombre très important de défis à relever et il est temps qu'une administration sous un président élu puisse entrer en fonction pour pouvoir se concentrer sur ces défis".

Q: Cela fait trente ans qu'Haïti est sortie de la dictature des Duvalier. A chaque élection, les candidats font beaucoup de promesses mais la vie quotidienne des habitants reste inchangée. Comprenez-vous leur désintérêt pour la vie politique et le vote de dimanche ?

Des affiches de candidats à l'élection présidentielle, lel 15 novembre 2016 à Port-au-Prince
Des affiches de candidats à l'élection présidentielle, lel 15 novembre 2016 à Port-au-Prince, en Haïti ( AFP / HECTOR RETAMAL )

R: "Dans une certaine mesure, la lassitude de l'électorat dans plusieurs pays à propos de leurs représentants élus a été manifeste: la population haïtienne n'a pas le monopole de ce sentiment. Mais je crois que, même avec une certaine frustration en ce qui concerne la représentation fournie par les élus, c'est le bon moment pour que la population haïtienne indique très clairement ce qu'elle veut, et qu'elle sache aussi, par la suite, exiger la représentation qu'elle mérite de ces personnes qui vont être élues. J'ai entendu beaucoup de députés et sénateurs mettre l'accent sur leurs devoirs envers les circonscriptions et je crois que ce moment électoral pourrait servir à ce que les élus, les électeurs et ceux qui se présentent comme candidats prennent conscience de ce grand devoir qu'ils ont envers les autres".

Propos recueillis par Amélie BARON

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant