Haïti douché

le
0
Haïti douché
Haïti douché

Après la douce ballade américaine, le retour à la réalité. Sec et brutal. La sélection d'Haïti n'ira pas en Russie, c'est certain. Et pas sûr qu'un tel répit au tragique quotidien de l'île ne se reproduise de sitôt.

Ça s'est passé il y a deux semaines. Le milieu défensif et capitaine de l'AS Mirebalais, Harold Fédé, rentre d'un tournoi amateur et se prend une balle dans le dos. Il succombe à ses blessures peu après son hospitalisation. Il y a quelques jours, c'est une bonne sœur d'origine espagnole, Isabel Sola Macas, qui est assassinée dans sa voiture. Deux balles dans la poitrine. Et à chaque fois, des mots un peu résignés de la part des officiels sur place, pour réagir face à ces faits divers. En l'occurrence, ceux de Sergio Cuesta Francisco, le consul espagnol : "Ce sont malheureusement des choses qui arrivent. Dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince, des fois, la vie est compliquée."

Du rire aux larmes


Il y a un peu plus de neuf mois pourtant, la sélection de Patrice Neveu faisait la une des journaux, la fierté des habitants et l'éclipse partielle de ces drames : "Au début, tout le monde était très motivé. La fédération, le staff, l'état, la population… Toutes les entités du pays", raconte le sélectionneur français. Arrivé quelques jours avant les fêtes de Noël 2015, il mène Haïti à la première Copa América de son histoire deux semaines plus tard, avec une victoire en barrage contre Trinité-et-Tobago. Le rêve. Qui annonce surtout le réveil à venir. Logiquement, les Grenadiers se font sortir des poules aux Etats-Unis – trois défaites, douze buts encaissés contre le Pérou, le Brésil et l'Equateur – et ont du mal à retrouver leur innocence initiale.

Depuis l'exploit trinidadien, la sélection ne gagne plus. Ou très peu. Certes, à chaque fois, il ne manque pas grand chose pour un nouvel exploit, "on perd souvent sur des scores étriqués" regrette Patrice Neveu, mais le constat est là : avec cette nouvelle défaite cette semaine face au Costa Rica et malgré une ultime victoire face à la Jamaïque, il n'y a plus aucune chance pour qu'Haïti voit la Russie. Le rêve est donc terminé, pour le moment. Des sourires et de la fierté nationale, on est passé aux manques de moyens et de communication. Pour ces deux matchs primordiaux, il ne manquait pas moins de "quinze joueurs habitués de la sélection". Johny Placide, en plein mercato, Jean Sony Alcénat qui n'a pas obtenu les papiers nécessaires à son rapatriement, Romain Genevois, victime d'un abcès dentaire, Kim…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant