Haïm Korsia : "Nous avons, tous, à protéger la République"

le
1
Haïm Korsia lors de la cérémonie interreligieuse organisée le 21 juin à la synagogue de Sarcelles.
Haïm Korsia lors de la cérémonie interreligieuse organisée le 21 juin à la synagogue de Sarcelles.

Aumônier général des armées et nouveau grand rabbin de France, Haïm Korsia est connu pour son attachement au dialogue interreligieux et aux valeurs républicaines. Élu le 22 juin dernier, il est confronté aujourd'hui à une série d'attaques commises contre la communauté juive, en marge de manifestations pro-palestiniennes. Lundi, il participait aux côtés de l'imam de Drancy Hassen Chalghoumi à une cérémonie multiconfessionnelle à la synagogue de Sarcelles. Il revient sur les événements des dernières semaines et sur les réponses à y apporter.Le Point.fr : Comment avez-vous reçu les discours tenus lundi à l'Élysée et à Sarcelles ? Haïm Korsia : C'était un moment nécessaire pour la communauté nationale, qui avait besoin de manifester l'idée d'une solidarité entre toutes ses composantes, de dire qu'il y a des choses inacceptables. On peut défiler pour défendre telle ou telle cause, mais il est intolérable de le faire dans la violence et dans la haine. La communauté de Sarcelles, la tradition de "vivre ensemble" de cette ville, a été bousculée, fracassée dimanche.Les représentants du culte musulman ont-ils, à vos yeux, été suffisamment clairs ?Ce n'est pas à eux seuls de s'exprimer, c'est bien là l'enjeu aujourd'hui. Ceux que l'on a vus dans les rues brûler et piller des commerces sont agités par des groupuscules qui n'ont rien à voir avec un islam revendiqué. L'imam Chalghoumi l'a d'ailleurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wotan1 le mercredi 23 juil 2014 à 11:55

    Propos responsables et courageux de Haïm Korsia. Pour faire la paix, il faut être deux à la vouloir.