Haguy : "À la fin, dans l'ascenseur, il faisait chaud"??

le
0
Haguy : "À la fin, dans l'ascenseur, il faisait chaud"??
Haguy : "À la fin, dans l'ascenseur, il faisait chaud"??

Ils sont trois. Trois joueurs de Belfort qui ont failli louper la rencontre de National face à Dunkerque (0-0), vendredi dernier. En cause, l'ascenseur de leur immeuble qui les a retenus pendant près de 25 minutes. Steve Haguy, l'un des trois prisonniers, raconte cet avant-match pour le moins original.

Alors Steve, explique-nous ce qu'il s'est passé vendredi dernier avant ton match face à Dunkerque ?
 En fait, j'habite chez Marius (M'Baiam), le temps que je trouve un appart. Et Mev (Mevludin Cuskic) est le voisin de Marius. On partait ensemble pour le match. On avait rendez-vous à 18h30 au stade. Donc vers 18h10, on sort de chez nous. On est rentrés dans l'ascenseur et on s'est rendu compte assez vite qu'on était bloqués. C'est la première fois que ça m'arrivait. Je pense que c'était pareil pour eux. On est restés coincés 20-25 minutes dans l'ascenseur. On a tout de suite appelé le coach (Maurice Goldman) pour le prévenir. Lui, de son côté, il a tenté d'appeler des gens pour qu'on vienne nous décoincer.


Mais ce n'est pas lui qui vous a délivrés au final 
 En fait, il y a un jeune homme du bâtiment, qui connaissait apparemment le truc et qui nous a dit que ça avait disjoncté. Il a regardé et a réussi à refaire fonctionner l'ascenseur. Franchement, on l'a remercié, mais, après, on n'a même pas eu le temps de savoir s'il s'intéressait au foot. Sincèrement, on ne lui a pas demandé. Mais s'il veut venir au stade, il n'y a pas de souci (rires). La première personne que l'on a vue en sortant, c'était lui en tout cas. Il y avait aussi un de nos dirigeants qui était venu nous dire qu'il avait prévenu les pompiers. Mais on n'a pas trop calculé car il fallait vite partir. Et c'est moi qui conduisais ensuite.


Personne n'a eu peur dans l'ascenseur ? 
Pas du tout, même si on était très serrés dedans. On avait nos sacs de foot en plus. À la fin, il commençait à faire chaud. En fait, on en rigolait plus qu'autre chose. On a été patients. On a essayé d'appeler les gens pour prévenir. On a parlé un peu du match à Dunkerque. On a appelé les réparateurs aussi évidemment. Ils nous ont dit qu'ils allaient envoyer quelqu'un. Le club a également prévenu les pompiers et, en fait, quand on est sorti du bâtiment, les pompiers sont arrivés. C'était trop tard, un peu après la bataille (rires). On n'a même pas pu discuter avec eux, car on était déjà en retard et il fallait aller au stade.


Vos coéquipiers vous ont-ils dit de mettre de l'argent dans la caisse des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant