Habillement : ça tangue chez Vivarte

le
0
Habillement : ça tangue chez Vivarte
Habillement : ça tangue chez Vivarte

Selon nos informations, Vivarte, le leadeur français de l'habillement et de la chaussure, qui regroupe des enseignes aussi populaires qu'André, la Halle, Kookaï, Caroll, Chevignon, Naf Naf et Minelli, est sur le point de perdre l'un de ses plus importants actionnaires, le fonds d'investissement américain GoldenTree. Motif : une divergence stratégique avec Oaktree, un autre actionnaire, portant sur le rythme des restructurations, rythme que GoldenTree juge désormais trop rapide. Le PDG, Richard Simonin, en désaccord lui aussi, est sur la sellette. « Ce n'est pas le moment de changer d'actionnaires ni de patron, souligne un spécialiste du secteur. Vivarte est tout juste en train de se redresser et ces changements risquent d'inquiéter les marchés et de relancer la colère sociale. »

Sauvé de la faillite fin 2014

Chez Vivarte, on préfère temporiser. « GoldenTree est effectivement en train de vendre ses parts et de quitter son siège au conseil d'administration, précise un représentant du groupe. Mais c'est un processus normal dans la vie des affaires, tout est prévu dans les statuts. Les autres fonds recherchent un actionnaire de référence, un choix qui devrait intervenir dans les meilleurs délais. » En octobre 2014, GoldenTree, Oaktree et deux autres fonds, Babson et Alcentra, avaient sauvé de la faillite le petit empire français de distribution textile en acceptant de transformer leurs créances, c'est-à-dire la dette contractée auprès d'eux par Vivarte (2,8 Mds€), en actions. De créanciers, ces quatre fonds dénommés « fonds en détresse », en raison des risques extrêmement importants qu'ils prennent en investissant dans des entreprises exsangues, étaient ainsi devenus les principaux actionnaires de Vivarte.

Depuis près d'un an et demi, les restructurations ont été menées à un train d'enfer, les exigences de rentabilité des quatre actionnaires étant proportionnelles aux risques. Quatre PSE (plans de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant