H&M optimiste pour 2014 malgré une fin d'année moins bonne

le
0
H&M SE DIT OPTIMISTE POUR 2014
H&M SE DIT OPTIMISTE POUR 2014

par Mia Shanley et Emma Thomasson

STOCKHOLM (Reuters) - Hennes & Mauritz (H&M) a publié jeudi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes des analystes financiers, en raison notamment des sommes investies par le numéro deux mondial du prêt-à-porter dans des boutiques en ligne et dans de nouveaux produits.

Le groupe suédois, qui se dit optimiste pour l'exercice qui vient de commencer, a vu sa marge brute revenir de 61,6% à 60,8%, un recul attribué par H&M à des effets de change défavorables.

Vers 09h30 GMT, le titre H&M perdait 3,13% à 278,20 couronnes, accusant l'une des plus fortes baisses de l'indice Euro Stoxx 600 et le recul le plus marqué de l'indice regroupant les valeurs européennes liées à la distribution (-1,12%).

H&M a dégagé sur les trois mois à fin novembre un bénéfice imposable de 7,3 milliards de couronnes suédoises (828 millions d'euros) alors que le consensus était de 7,6 milliards.

Il y a quinze jours, il avait fait état d'une hausse de 10% de ses ventes en décembre, premier mois de l'exercice 2013-2014

Il dit attendre pour janvier un bond de 15% de ses ventes.

"Même s'il y a toujours des difficultés macroéconomiques dans certains de nos marchés, nous sommes optimistes pour 2014, qui sera une année passionnante, avec de nouveaux pays et de nouvelles opportunités", déclare Karl-Johan Persson, directeur général de H&M, cité dans un communiqué.

H&M a été plus affecté qu'Inditex (propriétaire de Zara), le numéro un mondial du secteur, par la crise économique qui a plombé l'Europe, le groupe suédois étant moins présent que son rival espagnol dans les marchés émergents.

H&M, qui exploite actuellement 3.100 points de vente dans 53 pays, prévoit d'ouvrir 375 magasins cette année et de prendre pied en Australie et aux Philippines.

CONCURRENCE D'ENSEIGNES À BAS COÛTS

"La déception sur la marge annule l'effet positif de la tendance suivie par les ventes", a estimé Anne Critchlow, analyste chez Société générale.

Le groupe a dit le 15 janvier qu'il ne publierait plus de ventes à magasins comparables, c'est-à-dire ouverts depuis un an au moins, expliquant que la mesure des ventes totales était plus pertinente.

Le développement rapide d'enseignes à bas coûts, comme la britannique Primark (groupe AB Foods) et l'américaine Forever 21, exerce une pression sur les marges de H&M qui, de son côté, a augmenté la part de produits plus haut de gamme dans ses magasins.

H&M et Inditex ont mis de temps à développer le commerce électronique, de crainte que l'existence de boutiques en ligne ne détourne les clients de leurs magasins physiques.

Mais ils essaient désormais de rattraper le temps perdu. H&M a ouvert en août dernier une boutique en ligne aux Etats-Unis et entend faire de même en France d'ici l'été. Trois autres grands marchés du groupe devraient avoir leur boutique en ligne dans le courant de l'année.

H&M propose un dividende de 9,50 couronnes au titre de l'exercice 2012-2013, niveau inchangé par rapport au précédent.

Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant