H Cup: un retour dans un climat tendu

le
0
LA H CUP DE RETOUR DANS UN CLIMAT TENDU
LA H CUP DE RETOUR DANS UN CLIMAT TENDU

par Mitch Phillips

LONDRES (Reuters) - Le terrain reprend ses droits ce week-end en H Cup dans un contexte tendu par des dissensions entre ses participants, dont certains sont prêts à boycotter la prochaine édition de la Coupe d'Europe de rugby.

Deux camps sont à couteaux tirés depuis plusieurs mois avec d'un côté les clubs anglais et français, prêts à faire scission et à monter une compétition parallèle la saison prochaine, de l'autre les nations celtes et l'Italie.

L'axe franco-anglais souhaite un rééquilibrage de la répartition des droits et des recettes qu'il juge en sa défaveur et réclame que le format de la H Cup, l'équivalent pour le rugby de la Ligue des champions dans le football, soit revu, notamment le système de qualifications.

Au milieu de cette guerre de tranchées, où chacune des parties semble inflexible, la Fédération internationale de rugby (IRB) adopte depuis toujours une position neutre.

L'IRB explique qu'elle préférerait avoir un tournoi paneuropéen, tout en reconnaissant qu'il est normal que chaque club cherche à maximiser ses profits.

Chez les Celtes, on se moque volontiers des Anglais, soupçonnés de vouloir changer le format de la compétition pour y connaître un destin plus heureux en termes de résultats.

Sans donner quitus à leurs arguments, il est vrai que lors des neuf dernières saisons, la H Cup n'a atterri qu'une seule fois en fin de saison en Angleterre, chez les Wasps, en 2007.

Sur cette même période, les provinces irlandaises en ont raflé cinq et la France les trois autres.

"UN NOUVEAU STATUT"

L'ironie du tirage au sort veut que cette année, Connacht, dont la qualification en tant que quatrième et dernier club irlandais irrite tant Français et Anglais, affronte vendredi l'un des clubs à la pointe de la contestation franco-anglaise, les Saracens.

En H Cup, il est beaucoup moins facile que dans le football de prédire qui soulèvera le trophée chaque année. Identifier les huit équipes qui sortiront de la phase de poules est à peine plus aisé.

De prévisible, il n'y a guère que la poule 3 où, sauf accident, le Stade Toulousain et les Saracens devraient se qualifier aux dépens de Connacht et des Italiens de Zebre.

Ailleurs, cette phase de groupes semble plus ouverte.

Le champion de France, Castres, se trouve dans la poule 1 aux côtés du triple vainqueur de l'épreuve, le Leinster, du finaliste 2011, Northampton, et des Ospreys.

Dans la poule 6, Perpignan se frottera au Munster, à Gloucester et à Edimbourg. Dans le groupe 5, bien heureux celui qui pourrait dire qui de l'Ulster, de Leicester ou de Montpellier terminera devant Trévise, promis à la quatrième place.

Dans le groupe 4, deux équipes françaises, le finaliste 2012 Clermont et le Racing Métro, essaieront de donner le change au Harlequins et aux Scarlets.

Le champion en titre, le RC Toulon, devrait quant à lui se défaire de Cardiff, Glasgow et Exeter. C'est en tous les cas le souhait de Bernard Laporte, qui a récemment expliqué que ce titre avait beaucoup apporté à son club, tant en termes de notoriété que d'expérience.

"Gagner la H Cup nous a donné un nouveau statut et nous souhaitons le conserver", a déclaré l'ancien sélectionneur du XV de France avant de faire une boutade.

"J'ai parlé à la Coupe d'Europe. Elle m'a dit 'J'adore le soleil et les jolies filles de Toulon... Je ne veux plus partir.'"

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant