H Cup: Montpellier s'offre son premier quart de finale

le
0

PARIS (Reuters) - Avec détermination et courage, Montpellier a déjoué les pronostics en remportant samedi une victoire 23-3 sur Toulon, synonyme de qualification pour les quarts de finale de la Coupe d'Europe de rugby, du jamais-vu dans l'histoire du club.

Ce fût un match particulier à Yves du Manoir, où les Montpelliérains ont écrit une nouvelle page de l'histoire du MHR, mais aussi rendu un hommage rendu à Eric Béchu, entraîneur du club de 2010 à 2012, décédé mardi d'un cancer.

Les Toulonnais, déjà qualifiés avant le coup d'envoi, et les Montpelliérains ont fini respectivement à la première et à la deuxième place de la poule 6 avec 23 et 22 points. Très loin devant Cardiff et Sale qui se sont partagé les miettes.

Cardiff a battu Sale sur le score de 26-14, un peu pour la gloire puisque le sort du groupe se décidait dans le Sud de la France.

Après une minute d'applaudissements, de larmes et d'émotion, du côté des joueurs de Montpellier comme des supporters, Jonny Wilkinson a donné le coup d'envoi de ce troisième face à face de la saison entre les deux clubs.

Le premier s'était tenu le 14 septembre lors de la cinquième journée de Top 14, le MHR s'était incliné à domicile 25-32. Le second, le 14 octobre à Mayol, à l'occasion du match aller de H-Cup remporté, s'était soldé par un nouveau succès du RCT 37-16.

Fort de ces expériences, Montpellier a su donner le ton dès les premières minutes en se montrant imperméable en défense et efficace en attaque.

Malgré une pénalité réussie par Jonny Wilkinson à la cinquième minute, Toulon s'est vite fait dépasser par des Héraultais transcendés par l'obligation de résultat et le souvenir d'Eric Béchu.

A la neuvième minute, grâce à une touche conquérante et un beau travail des avants à cinq mètres de l'en-but varois, Benoît Paillaugue a sorti le ballon pour le transmettre à François Trinh-Duc qui a fini par servir parfaitement Thomas Combezou. Lequel a aplati son premier essai en Coupe d'Europe (7-3).

Dès lors, le MHR a assuré le spectacle, tenu le ballon et poussé son adversaire à la faute: en sept minutes, Toulon a été pénalisé trois fois et Benoît Paillaugue, impeccable au pied, en a profité pour faire prendre le large à Montpellier.

"HISTORIQUE"

Après la mi-temps, sous une pluie battante et un vent violent, Montpellier a réalisé une entame parfaite, bien aidé par des Toulonnais inhabituellement désorganisés, dépassés et très brouillons.

Pour preuve : Benoît Paillaugue, encore lui, a profité d'une mauvaise couverture des arrières varois dans leur 22 mètres pour récupérer le ballon et aplatir sur le petit côté à la 47e minute.

Après avoir transformé son essai, Benoît Paillaugue a exhibé fièrement son brassard blanc en hommage à Eric Béchu.

Lors des vingt dernières minutes, Toulon n'y était plus du tout, à l'image de Jonny Wilkinson qui a même tenté un drop un peu inutile à la 77ème minute alors que son équipe était menée de vingt points.

Fait assez rare pour être souligné, l'Anglais est passé complètement à côté de son match avec seulement une pénalité réussie sur trois accordées et quelques erreurs grossières au pied.

Toulon a essuyé sa deuxième plus lourde défaite de la saison, la première étant celle à Toulouse, le 29 septembre dernier (32-9).

"Ils avaient plus envie que nous, nous n'avons aucune excuse", a reconnu Frédéric Michalak à la fin de la rencontre.

Cette victoire montpelliéraine, forte en symboles, offre au MHR son premier quart de finale en HCup. "C'est énorme, c'est historique, on écrit encore une belle page du club", a exulté Benoît Paillaugue, homme du match, au micro de France 2.

Avant cette rencontre franco-française, Castres s'était incliné à domicile 9-8 face à l'Ulster au terme d'un match sans enjeu, le CO étant d'ores et déjà éliminé depuis la semaine dernière.

Cécile Grès, édité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant