H Cup: le BO, le CO et le Racing courent contre le temps

le
0

par Jean-Paul Couret

PARIS (Reuters) - Imanol Harinordoquy aime la Coupe d'Europe de rugby parce que c'est une compétition rapide dans un sport où le championnat de France s'étale sur neuf mois et demi et la Coupe du monde sur six semaines.

"La beauté de cette Coupe d'Europe, c'est aussi que ça va assez vite en matches de poule (six dont le deuxième ce week-end-NDLR), derrière il y a trois matches pour arriver en finale, donc, on peut avoir des objectifs à court terme (...) et jouer à fond", dit-il.

Le grand Basque et son club du Biarritz Olympique pourraient cependant trouver que la H Cup va trop vite s'ils perdent leur deuxième match, samedi, face aux Italiens de Parme après avoir subi un 40-13 chez les Harlequins, le week-end dernier.

Le BO n'est pas le seul à se trouver dans cette position inconfortable de coureur contre le temps déjà perdu.

Deux autres des sept clubs français engagés dans la compétition, Castres et Montpellier, ont pris une leçon à l'extérieur respectivement face à l'Ulster (41-17) et à Toulon (37-16) le week-end dernier.

Une seconde défaite, à domicile cette fois, respectivement contre Northampton et Sale ruinerait pratiquement leurs espoirs de finir premier de poule et de jouer un quart de finale à domicile, voire de se qualifier.

Imanol Harinordoquy ne jouera pas samedi à Aguilera car il va avoir encore besoin de quelques semaines pour se remettre d'une blessure à un genou. Dimitri Yachvili sera également absent, encore convalescent de l'opération d'une hernie discale qu'il a subie.

Biarritz ne sera pas pour autant le plus mal loti des trois clubs français déjà en péril car son adversaire serait plutôt du genre à lui permettre de mettre fin à une série de cinq défaites dans le Top 14 et en H Cup.

DRÔLES DE ZEBRE

Malgré leur nom et leur maillot rayé, les Zebre de la nouvelle franchise italienne ne brillent guère par leurs galops cette saison. Ils ont perdu leurs cinq premiers matches en Ligue celte et ont été battus par le Connacht irlandais en H Cup.

Biarritz sera en outre sur ses gardes car il a payé l'an dernier par une défaite 29-12 sur une faute de condescendance face à un autre club italien, Trévise.

Plus dure sera sans doute la tâche de Castres face aux Anglais de Northampton. Les tirages au sort vouent les deux clubs à se rencontrer en poule pour la troisième année consécutive avec des résultats contraires aux Français.

Le CO ne compte qu'une victoire pour trois défaites face à une équipe qui domine le début du championnat d'Angleterre avec cinq victoires en six matches et vient chercher la confirmation d'un succès 24-15 à Glasgow.

Comme pour souligner l'importance du match, les Castrais ont décidé de ne pas le jouer dans leur stade Pierre-Rajon mais à Ernest-Wallon du Stade Toulousain.

Montpellier, en revanche, jouera à fond la carte de l'avantage à domicile et en aura bien besoin face à Sale, à la peine en championnat d'Angleterre dont il est dernier avec six défaites en six matches mais qui s'est ressaisi face à Glasgow (34-33).

Sur la lancée d'une première victoire, les quatre autres clubs français auront l'occasion de s'assurer un bel avenir dans la compétition.

Le Stade Toulousain se déplace samedi à Trévise, dévoré 38-17 par les Ospreys gallois. Dimanche, Toulon prendra le chemin du Pays de Galles mais Cardiff n'est que septième de la Ligue Celte et a raté son entrée en H Cup face à Sale.

Clermont et le Racing-Métro se déplacent également, samedi, à Exeter, qui a bien résisté (9-6) sur le terrain du Leinster, champion en titre et chez les Saracens de Londres qui sont allés infliger 45 points à Edimbourg.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant