H Cup: Clermont a su chasser ses fantômes

le
0

par Jean Décotte

MONTPELLIER (Reuters) - Comme l'an dernier, Clermont était en demi-finale de la H Cup face à des Irlandais plusieurs fois champions d'Europe. Mais contrairement à l'an dernier à Bordeaux, le club auvergnat n'a pas craqué au dernier moment, samedi, à Montpellier.

Très amers après leur échec sur le fil face au Leinster au stade Chaban-Delmas (15-19), les Jaune et Bleu ont puisé dans cette déception les ressources pour ne pas revivre la même désillusion cette année et défendre à corps perdu face au Munster.

Leur victoire (16-10), synonyme de première qualification pour la finale, montre que l'ASM n'est plus hantée par ses échecs passés comme elle l'a longtemps été en championnat avec dix défaites en finale avant un premier bouclier de Brennus en 2010.

"Je suis très heureux ce soir pour le groupe de ne pas revivre ce qu'on avait vécu à Bordeaux l'année dernière", s'est réjoui le demi de mêlée clermontois Morgan Parra.

Au stade Chaban-Delmas, le centre auvergnat Wesley Fofana avait eu une balle de qualification entre les mains mais n'était pas parvenu à aplatir dans l'en-but du Leinster dans les ultimes instants de la demi-finale.

Comme à Bordeaux, le match de cette année aurait pu basculer en faveur des Irlandais, notamment lorsque le Munster a pilonné sans succès la défense à cinq mètres de la ligne juste avant le repos, ou lorsque l'ailier clermontois Napolioni Nalaga a cafouillé un ballon devant son en-but (71e).

Mais comme l'a reconnu le capitaine irlandais, Paul O'Connell, le Munster n'est pas parvenu à forcer le verrou auvergnat.

"Nous avons passé beaucoup de temps dans leurs 22 mètres, en particulier juste avant la mi-temps. Mais nous n'avons pas converti suffisamment d'occasions, que ce soit pendant cette saison ou pendant ce match", a-t-il lâché.

CLERMONT A PAYÉ POUR APPRENDRE

Même opinion pour son entraîneur Rob Penney, fataliste après la défaite et l'élimination.

"Nous avons eu des opportunités et ç'aurait pu être une histoire différente si nous les avions saisies", a-t-il fait valoir. "Avec le recul, il y aura de la frustration, mais à l'heure où je parle, je ne pourrais pas être plus fier de mes joueurs."

Hélas pour le Munster, Clermont a déjà payé pour apprendre.

"Toutes les expériences sont importantes", a sobrement commenté l'entraîneur néo-zélandais de Clermont, Vern Cotter.

"L'an dernier on aurait pu dire que peut-être cet essai on l'aurait encaissé. On ne l'a pas encaissé", a-t-il observé.

"Ils auraient pu gagner ce match d'un point. Perdre le match de trois points, c'est très différent de gagner un match de trois points. C'est subtil, mais il y a une très grosse différence."

Clermont, plus fort que l'an dernier? C'est l'avis du capitaine Julien Bonnaire, qui a montré la voie tout au long du match en l'absence d'Aurélien Rougerie, blessé.

"Plus fort, oui, au niveau de la maturité je pense", a-t-il jugé, ajoutant que le renforcement de l'effectif cette année leur a permis de s'économiser davantage.

Pour le troisième ligne, Clermont a grandi mais doit montrer plus d'assurance afin de devenir réellement le patron.

"Les grandes équipes maîtrisent un peu mieux les débats, on a encore un peu de travail là-dessus", a-t-il souligné.

"Il faut arriver à marquer sur nos temps forts. On a plusieurs temps forts à cinq mètres de la ligne et on ne marque pas. Je pense que ça nous fait mal aussi, qu'on se met à douter. Il faut qu'on arrive à gommer ça."

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant