György Bognár : "Les quarts étaient à notre portée"

le
0
György Bognár : "Les quarts étaient à notre portée"
György Bognár : "Les quarts étaient à notre portée"

Pilier de la génération 86 sortie du Mondial mexicain à cause d'un premier tour catastrophique, György Bognár va prendre en main la direction technique de l'Académie Puskás, dont sont issus László Kleinheisler dit le " Scholes hongrois " ou Attila Fiola l'éclopé, privé d'Euro après le 2-0 contre l'Autriche. Et comme tous les Magyars qui se sont rameutés sur la place des Héros ce lundi pour féliciter la sélection tombée en huitièmes de finale, l'ancien Toulonnais en est vraiment satisfait. Malgré la correction belge.

Bon alors György, ce 4-0 finalement assez logique t'inspire quoi ? Tristesse ? Dépit ? Frustration ?
J'étais forcément triste parce que je croyais à un match plus serré vu notre super parcours en poules. Les Belges nous ont littéralement surpassés avec leur jeu impitoyable en première intention. Hazard et De Bruyne étaient sur un nuage ce soir-là. On n'aurait pas dû leur laisser autant de place. Il y a eu un relâchement défensif qui frisait l'intolérable. Enfin, ils sont meilleurs que nous. Ils ont mérité de gagner.

Personne n'aurait osé imaginer les Magyars premiers de leur groupe. Toi non plus, je suppose ?
Pas vraiment, c'est sûr. Je comptais sur quatre points dans le meilleur des cas avec nul contre l'Autriche et victoire face à l'Islande. Là, on en a engrangé cinq et je me pinçais pour y croire. J'aurais été tout aussi satisfait si on avait fini sur trois " X ". Les quarts auraient pu être à notre portée si on avait aussi bien envisagé les Belges que les Norvégiens lors des barrages. Malheureusement, ça n'a pas été le cas.

On retient surtout ce 3-3 fou qui a enragé CR7. C'est peut-être ça la grande réussite de la Hongrie.
Oui, ça se voyait qu'il était fâché ! (Rires) Faut dire que s'il n'avait pas décidé de se réveiller, on aurait battu les Portugais à l'aise. Tout tourne autour de lui, comme au Real. C'est contre-productif et ça a failli leur coûter cher face à notre collectif égal au sien. Les Autrichiens nous avaient sous-estimés et on les a mouchés. Les Islandais s'engagaient à fond et on a tenu tête. La réussite est dans l'ensemble.

D'ailleurs, le " Nemzeti 11" rentre de France avec le plus beau but des poules. Ce bijou de Gera.
Un exemple de perfection technique et de force savamment dosée. Je ne sais pas si j'aurais fait pareil à sa place, mais ça se tentait. Il a mérité son titre même si je suis totalement subjectif en écartant la Madjer de Ronaldo. Gera est de loin mon joueur favori. Il donne un coup de main énorme au Ferencváros et à la sélection avec ses capacités physiques hors du commun pour un type de son âge.

Puisqu'on parle de vieux, Király avait une pêche d'enfer en dépit de ses 40 piges ! Il se dit même prêt à…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant