Guyane : armée et gendarmerie en alerte maximum

le
0
Les deux militaires tués mercredi ont été victimes d'une véritable embuscade organisée par des orpailleurs clandestins pour protéger leur trafic.

La guerre de l'or sans merci que livrent les forces françaises contre les orpailleurs clandestins qui cannibalisent les entrailles de la forêt guyanaise pour en extraire du métal jaune vient de connaître son épisode le plus sanglant. Pris sous un tir nourri, deux «marsouins», un caporal-chef de 32 ans et un adjudant-chef de 29 ans affectés au 9e régiment d'infanterie de marine (Rima) ont trouvé la mort mercredi alors qu'ils patrouillaient dans le cadre de l'opération «Harpie» au c½ur de la forêt amazonienne, à douze heures de pirogue de la commune de Maripasoula. Deux gendarmes du Groupe des pelotons d'intervention (GPI) ont par ailleurs été grièvement blessés au cours de ce que le procureur de Cayenne a désigné comme une «embuscade organisée, marquant la volonté d'en découdre avec les forces armées.» La fusillade a éclaté lorsque la colonne française, formée d'une quarantaine d'hommes surentraînés, s'est approchée de Dorlin, un des sites aurifèr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant