Guy Roux : « J'ai toujours préféré des recrues mariées »

le , mis à jour à 06:52
0
Guy Roux : « J'ai toujours préféré des recrues mariées »
Guy Roux : « J'ai toujours préféré des recrues mariées »

Il a longtemps surveillé, avec plus ou moins de discrétion, la vie privée et nocturne de ses joueurs à Auxerre. Et il assume.

 

Récemment, Emmanuel Adebayor s'est offusqué que Bruno Genesio, l'entraîneur de Lyon, lui demande s'il était marié. Le comprenez-vous ?

Guy Roux. Pas du tout. La vie de famille est très importante pour un joueur. J'ai toujours préféré que mes joueurs soient mariés et heureux en ménage.

 

Pourquoi ?

C'est bien que les joueurs baignent dans un équilibre affectif. Ce n'est pas être macho de penser que les épouses peuvent se préoccuper de la diététique. Un footballeur qui gagne bien sa vie et est célèbre pourrait papillonner un peu partout. Qu'on arrête de me dire qu'ils font ce qu'ils veulent tant que les performances sont correctes. Si les gars sortent tout le temps, ils le paieront fatalement plus tard. Ils ne doivent pas faire n'importe quoi avec leur corps.

 

Avez-vous déjà renoncé à enrôler un joueur en raison de sa vie privée dissolue ?

Très souvent, même si je ne l'ai jamais dit en face. J'avais fait une enquête de bistrot à propos d'un joueur qui m'intéressait. J'avais demandé aux clients d'un bar proche du club si l'attaquant était sérieux. Ils m'ont dit « Oui, il est super. Ce n'est pas comme notre défenseur Machin qui, lui, sort tout le temps ». En fait, je voulais des renseignements sur ce dernier ! Et il n'est jamais venu à Auxerre...

 

Vous n'aviez pas l'impression d'outrepasser vos prérogatives ?

Non. Ma devise c'est « entraînement + repos = forme ». Si tu ne respectes pas cela, tu es un tricheur. Et tout se sait. Vous croyez que Zidane au Real ou Wenger à Arsenal ne savent pas qui sort le soir dans leur équipe ?

 

Avez-vous été confronté à des joueurs en proie à des problèmes de couple ?

Oui. Mais je ne m'en mêlais que si ces « soubresauts » influaient sur ses performances, ou s'il entrait dans le clan des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant