Guy Roux allume Bielsa et Labrune

le
0
Guy Roux allume Bielsa et Labrune
Guy Roux allume Bielsa et Labrune

Au tour de Guy Roux de tacler sévèrement Marcelo Bielsa après la démission d'" El Loco ". L'ancien entraîneur de l'AJ Auxerre, qui déconseille au passage l'OM de prendre un coach étranger, va même jusqu'à qualifier l'Argentin de " malotru ".

Un à un, tous les experts du foot français passent leurs nerfs sur Marcelo Bielsa depuis lundi matin. Guy Roux n’a pas échappé à la règle. Au surlendemain de la démission d’« El Loco », l’ancien entraîneur de l’AJ Auxerre ne s’est pas montré du tout tendre lui non plus envers l’ex-coach argentin de l’OM. Au point d’aller jusqu’à qualifier Bielsa de « malotru ». Mais pour Guy Roux, le principal fautif n’est pas Marcelo Bielsa, mais Vincent Labrune, son président, pour lui avoir accordé une marge de manœuvre beaucoup trop grande. « Son président lui a laissé faire trop de choses, déplore Roux, interrogé lundi sur Europe 1. Vincent Labrune l'a laissé partir en vacances quand il voulait. Quand on gagne 300 000 euros par mois on ne chipote pas pour deux-trois jours, et on ne vient pas quinze jours en retard à l'entrainement. Ça, c'est la première faute qu'on lui a permise. Ensuite, on l'a laissé partir alors que les conditions de sa deuxième année de contrat n'étaient pas établies, alors qu’il avait pourtant signé pour deux ans l'an dernier. Il finit avec une fantaisie incroyable. »

Guy Roux déconseille à l’OM de prendre un entraîneur étranger

Guy Roux aurait également pu tancer Labrune, probablement l’un des seuls présidents au monde capable de laisser son entraîneur passer un entretien dans un autre club (West Ham) alors que les discussions pour prolonger son contrat sont en cours. Non, Guy Roux pense déjà à la suite de Bielsa. Et déconseille fortement l’Olympique de Marseille de faire de nouveau confiance à un entraîneur étranger. « Pourquoi prendre un entraîneur étranger ? Le dernier coach à avoir tout gagné à l'OM, c'est Didier Deschamps. » Un entraîneur français, certes, mais lequel ? Guy Roux a sa petite idée. « On peut citer Frédéric Hantz ou Frédéric Antonetti par exemple. » N’en déplaise à l’ancien homme à tout faire de l’AJA, Vincent Labrune semble s’orienter davantage vers une solution hors de nos frontières. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant