Guy Novès : " Quelque chose est en train de prendre "

le
0

Suite à la défaite du XV de France face à l'Angleterre au Stade de France, Guy Novès a tiré un premier bilan du Tournoi des VI Nations, qui voit les Bleus terminer à la cinquième place. S'il ne se réjouit pas des résultats, le sélectionneur assure avoir vu des progrès au fil des matchs.

Guy Novès, qu’est-ce qui a manqué au XV de France pour forcer le destin de ce match et prendre le meilleur sur l’Angleterre ?
Je ne sais pas si on aurait pu forcer le destin. On voit une première mi-temps qui correspond à notre ambition de jeu, en imprimant beaucoup de mouvements. On a compté six franchissements, mais on perd six fois le ballon… On a montré un rugby tel qu'on le souhaite. Mais on a manqué de patience. Ces ballons perdus, certains auraient pu être conservés. Donc il a manqué de la lucidité. On n'a pas eu l'impression d'être dominé outrageusement par cette équipe anglaise. Mais force est de constater par exemple que le premier essai est une grosse faute d'inattention de notre part. Le demi de mêlée part seul à l'essai... En seconde période, tout d'un coup, bizarrement, alors qu'on a fait un Tournoi exemplaire en touche, on a été très faible sur ce secteur. On a été extrêmement perturbé sur notre alignement. Les Anglais ont très bien su nous lire. Et on a été battu sur les zones de ruck. On a eu beaucoup de courage, ce qui est normal.

Deux victoires pour trois défaites pour votre premier Tournoi à la tête des Bleus, quel bilan tirez-vous de cette expérience ?
Chacun aura une explication. On a fait un match courageux contre l'Italie après un jour et demi d'entraînement. Et on a réussi à gagner mais on a vu aussi que l'Italie a complètement explosé dans d'autres matchs. On a été persévérant contre l'Irlande, avec une mêlée qui nous a permis de vaincre à la fin. C'était encourageant et sympa. Au pays de Galles, on a été dominé en l'air, au pied. Mais je n'ai pas été impressionné par l'équipe de Galles sur son terrain. On n'a pas été du tout largué même si on perd. En Ecosse, on a été très proche. Globalement, je pense que nous sommes proches de l'Italie, de l'Ecosse, de l'Irlande, du pays de Galles. Mais il y avait un écart avec l'Angleterre car les joueurs sont très rigoureux, avec une formation différente. On l'a vu ce soir. On sent qu'il y a une marge de progression chez nous, on sent qu'il y a du potentiel, qu'on peut faire quelque chose. Mais un coup ce sont les rucks, un coup les mêlées, un coup les ballons en l'air, un coup la touche... Je suis déçu pour les joueurs car ils se sont investis énormément. Moi j'ai senti des progrès, on sent qu'il y a quelque chose qui est en train de prendre. Ça ne veut pas dire que l'on va gagner demain mais que l'on sera compétitif.

Votre équipe a été mise en difficulté sur les touches, à quoi cela peut-il être dû ?
Je rappelle que l'équipe anglaise a joué un jour avant nous (samedi dernier face aux Gallois, contre dimanche en Ecosse pour le XV de France, ndlr). Ça a limité les séances de travail dans ce secteur pour nous. Encore une fois, il faut travailler le plan de jeu, la reconquête sur les coups de pied, la mêlée, la touche... Même si ce sont des joueurs professionnels et qu'ils ont des acquis, un jour fait la différence dans ce secteur.

Le XV de France achève ce Tournoi à l’avant-dernière place, quel est votre sentiment face à ce classement ?
Je ne le vis pas bien, je ne vais pas dire que cela me fait plaisir. Mais en tant que nouvel entraîneur, j'essaye d'abord de regarder le contenu pour voir la réelle progression, comment produire des choses dans les prochaines années. Ce bilan ne me convient pas bien sûr. Je ne m'attendais pas à finir premier non plus. On va essayer de rester lucide sur ce qu'on a fait, sur ce qui n'a pas marché. Je ne peux pas m'endormir sur le bilan, je suis obligé de basculer sur l'avenir et partir de ce point de départ.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant