Guy Moussi : "Mes salaires et bonus seront divisés en 4".

le
0
Guy Moussi : "Mes salaires et bonus seront divisés en 4".
Guy Moussi : "Mes salaires et bonus seront divisés en 4".

Il vient de signer à Birmingham et a décidé de reverser l'intégralité de son salaire à des œuvres de charité. Entre son passage à Angers, son arrivée en Angleterre et son avenir, Guy Moussi nous explique le pourquoi du comment.Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu résumer ton parcours ? J'ai commencé dans la région parisienne, au centre de formation CFFP, dans le 94. J'y ai passé deux ans avant de partir à Angers. J'ai débuté avec les pros en octobre 2004, contre Reims. Malheureusement, on est descendus. J'ai ensuite passé deux ans en National avant de remonter, avec Olivier Pickeu et Jean-Louis Garcia. J'ai ensuite effectué une nouvelle année en Ligue 2, avant de partir à Nottingham Forest, à l'été 2008.
L'Angleterre, c'était ton premier choix ? Pas du tout. Au départ, ce n'était pas mon choix préférentiel. J'arrivais en fin de contrat, et j'avais quelques contacts. Valenciennes s'était montré intéressé au mercato d'hiver, vu qu'après le 31 janvier, je pouvais négocier librement avec n'importe quel club. J'ai finalement prolongé mon contrat pour 4 ans, avec une clause libératoire. Ensuite, il y a eu un fort intérêt de Lille. Tout le monde pensait que j'allais être transféré là-bas, moi y compris. J'étais à 90 % sûr de signer là-bas. Au final, c'est l'année où Claude Puel est parti à Lyon, et je ne sais pas ce qu'il s'est passé ensuite, s'il y a eu un problème dans les négociations, ou si son départ a tout chamboulé. Dans le même temps, Nottingham Forest m'a fait part de son intérêt. Je suis allé visiter les installations, mais malgré cela, je ne voulais pas forcément partir, puisque je voulais absolument jouer en Ligue 1. Mais j'ai ensuite contacté mon entourage, et notamment Jean-Marc Nobilo, dont je suis assez proche, car il m'a lancé en professionnel, qui m'a dit : "Tu va t'éclater là-bas." Je l'ai écouté, j'y suis allé, et j'ai passé 6 ans là-bas.
Tu marques ton premier but contre Barnsley, et tu te fais exclure. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Déjà, je ne suis pas un joueur qui marque beaucoup de buts ! En Angleterre, l'ambiance dans les stades, c'est un autre monde comparé avec la France. On le ressent aussi dans les divisions inférieures. À Nottingham Forest, il y a 25 000 spectateurs en moyenne, 30 000 quand le stade est plein. On luttait chaque saison pour la montée, donc il y avait de l'affluence à pratiquement toutes les rencontres. On était sur une lancée de victoires, quatre ou cinq d'affilée, et sur ce match, il y a 0-0, et je marque à la 90e, d'un...

Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu résumer ton parcours ? J'ai commencé dans la région parisienne, au centre de formation CFFP, dans le 94. J'y ai passé deux ans avant de partir à Angers. J'ai débuté avec les pros en octobre 2004, contre Reims. Malheureusement, on est descendus. J'ai ensuite passé deux ans en National avant de remonter, avec Olivier Pickeu et Jean-Louis Garcia. J'ai ensuite effectué une nouvelle année en Ligue 2, avant de partir à Nottingham Forest, à l'été 2008.
L'Angleterre, c'était ton premier choix ? Pas du tout. Au départ, ce n'était pas mon choix préférentiel. J'arrivais en fin de contrat, et j'avais quelques contacts. Valenciennes s'était montré intéressé au mercato d'hiver, vu qu'après le 31 janvier, je pouvais négocier librement avec n'importe quel club. J'ai finalement prolongé mon contrat pour 4 ans, avec une clause libératoire. Ensuite, il y a eu un fort intérêt de Lille. Tout le monde pensait que j'allais être transféré là-bas, moi y compris. J'étais à 90 % sûr de signer là-bas. Au final, c'est l'année où Claude Puel est parti à Lyon, et je ne sais pas ce qu'il s'est passé ensuite, s'il y a eu un problème dans les négociations, ou si son départ a tout chamboulé. Dans le même temps, Nottingham Forest m'a fait part de son intérêt. Je suis allé visiter les installations, mais malgré cela, je ne voulais pas forcément partir, puisque je voulais absolument jouer en Ligue 1. Mais j'ai ensuite contacté mon entourage, et notamment Jean-Marc Nobilo, dont je suis assez proche, car il m'a lancé en professionnel, qui m'a dit : "Tu va t'éclater là-bas." Je l'ai écouté, j'y suis allé, et j'ai passé 6 ans là-bas.
Tu marques ton premier but contre Barnsley, et tu te fais exclure. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Déjà, je ne suis pas un joueur qui marque beaucoup de buts ! En Angleterre, l'ambiance dans les stades, c'est un autre monde comparé avec la France. On le ressent aussi dans les divisions inférieures. À Nottingham Forest, il y a 25 000 spectateurs en moyenne, 30 000 quand le stade est plein. On luttait chaque saison pour la montée, donc il y avait de l'affluence à pratiquement toutes les rencontres. On était sur une lancée de victoires, quatre ou cinq d'affilée, et sur ce match, il y a 0-0, et je marque à la 90e, d'un...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant