Günter Grass cloué au pilori en Allemagne

le
0
Son «poème» dénonçant l'armement nucléaire d'Israël et les menaces d'attaques contre l'Iran lui vaut les critiques unanimes de la classe politique outre-Rhin.

À 84 ans, Günter Grass continue de provoquer des polémiques sans pareilles. La cible de son dernier opus, un poème en neuf strophes intitulé Ce qui doit être dit,est cette fois l'État d'Israël. Le credo du Prix Nobel de littérature 1999: l'éventualité de frappes préventives contre l'Iran menace la paix du monde. Et la livraison prochaine d'un sous-marin Dolphin embarquant des missiles de croisière à tête nucléaire rend l'Allemagne complice de ce «meurtre prévisible».

Depuis la parution de ce pamphlet, mercredi, dans la Süddeutsche Zeitung,un tombereau de réactions s'est exprimé. Le plus souvent à charge, comme l'illustre la comparaison historique du diplomate israélien basé à Berlin Emmanuel Nahson: «Ce qui doit être dit, c'est qu'il est de tradition européenne de blâmer les Juifs avant la Pâque juive. Dans le passé, on les accusait de vouloir égorger les enfants chrétiens pour des messes sataniques. Aujourd'hui, il s'agirait de faire couler le sang du

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant