Günter Grass attise la polémique

le
0
Persona non grata en Israël, le Prix Nobel de littérature allemand compare l'État hébreu à la Stasi est-allemande.

De notre correspondant à Berlin.

La polémique provoquée par Günter Grass avec Israël s'est muée en feuilleton à rebondissements. Jeudi, dans une nouvelle tribune publiée par la Süddeutsche Zeitung, l'écrivain allemand a fustigé la décision d'Israël de le déclarer persona non grata, comparant l'attitude de l'État hébreu à celle de la Stasi, la police secrète est-allemande. Depuis la publication, la semaine passée, de son poème controversé sur l'Iran et Israël, l'auteur du Tambour a été lâché par de nombreux intellectuels et ténors de la classe politique allemande, qui ­jugent cependant disproportionnée la réaction de Tel-Aviv.

«J'ai été interdit trois fois de territoire dans un pays»,écrit Grass, 84 ans, rappelant que cela avait été déjà le cas en RDA communiste et en Birmanie en 1986. «Dans ces deux cas ont été appliquées les pratiques habituelles dans les dictatures. Et maintenant c'est le ministre de l'Intérieur d'une démocratie, de l'Ét

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant