Guizmo : "Je me suis battu pour Zidane !"

le
0
Guizmo : "Je me suis battu pour Zidane !"
Guizmo : "Je me suis battu pour Zidane !"

La semaine dernière, le festival des Ardentes fêtait solidement son dixième anniversaire avec une programmation incroyable. Parmi celle-ci, la présence de Guizmo, qui n'en finit plus de monter dans le rap hexagonal. Juste après son concert, le rappeur de Villeneuve-la-Garenne a accordé quelques minutes à So Foot pour parler ballon rond, PSG, Pauleta. Et Zinédine Zidane, bien sûr.

Quel est ton rapport au foot ?
Un rapport un peu spécial, car j'étais semi-pro avant de tout niquer, à cause de ma connerie, de l'alcool et du shit. J'ai fait les sélections à l'AJ Auxerre, quand j'avais 15 ans et demi, 16 ans, quelque chose ça. Je devais rester au centre de formation, ils m'avaient accepté, mais derrière il y a eu tout ça (il montre sa bière et sa cigarette) et du coup, je n'y suis pas resté longtemps, à peine un mois, je crois. Mais je regrette rien, je suis très content d'être là où j'en suis. Et puis là, je peux dire ce que je veux, alors que là-bas on devait fermer notre gueule. Dès le plus jeune âge tout est contrôlé, tu ne peux rien faire. Sinon, avant ça, j'avais fait pas mal de petits clubs. De toute façon, à l'époque, on jouait tout le temps. Moi j'étais neuf et demi, le mec qui tourne autour de l'attaquant. Ça, c'était mon poste de prédilection. Aujourd'hui, même si j'ai gardé un goût amer par rapport au foot, je continue de regarder les gros matchs.

Quel est ton club préféré ?
En France, le PSG, évidemment. Et sinon, en Europe, j'aime beaucoup le Barça. Le PSG, j'étais supporter de ouf, depuis l'époque de Jay-Jay Okocha, je me souviens de mon père qui était comme un dingue devant les matchs. Il y avait Ronaldinho, Pauleta, c'était la grande époque. On était moins high-tech que maintenant, mais en vrai, on était plus prestigieux. C'était pas pareil… On jouait le maintien, hein, mais bon, on était tellement fiers quand on s'en sortait. L'époque où j'ai le plus été à fond, c'était 2004-2007, quand j'étais au collège. On parlait foot tous les jours, on y jouait tous les jours, c'était notre vie.

Et qui est le joueur que tu idolâtrais le plus à cette époque ?
Pedro Miguel Pauleta ! Pour moi, c'est le charisme incarné. J'aimais tout chez lui. C'était mon Iron Man du PSG, je te jure. Ce joueur-là, c'était n'importe quoi ! Okocha, j'aimais grave aussi, même si j'étais encore plus jeune à cette époque-là, c'était vraiment quand je regardais les matchs avec mon père. J'aimais bien le côté festif de son jeu, il faisait des trucs de malade, il dansait sur le terrain, le mec. Ses roulettes, c'était un truc de fou, il a même inventé des gestes techniques, le gars.[BR…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant