Guion : Un changement sans électrochoc

le
0

Nommé à la place d’Olivier Guégan, David Guion, le nouvel entraîneur de Reims, n’a pas fait de miracles à l’occasion de la réception de Montpellier, samedi soir. Et les Champenois restent scotchés dans la zone rouge.

Il n’y a pas eu d’effet David Guion à l’occasion de l’affiche de samedi soir entre Reims et Montpellier (2-3, 36eme journée de Ligue 1). Nommé le week-end dernier à la place d’Olivier Guégan, le désormais ex-directeur du centre de formation avait décidé de se passer des services de Lass Bangoura, Mohamed Fofana, David Ngog, Mickaël Tacalfred, Anthony Weber ou encore Abdelhamid El Kaoutari pour mettre en place un 4-4-2 en losange face au MHSC. Alors que la charnière était composée de Mandi et de Conté, le technicien champenois avait choisi de titulariser Aly Ndom et Hugo Rodriguez dans l’entrejeu, Prince Oniangué étant aligné un cran plus haut pour soutenir le duo Charbonnier - De Préville.

Une défense rédhibitoire

Mais ces changements n’ont pas suffi pour relancer le club du président Jean-Pierre Caillot, qui a enchaîné une troisième défaite de rang en L1 (une seule victoire sur les huit dernières sorties parmi l’élite). Trop maladroits dans le dernier geste, les Rémois ont craqué en fin de match sur des réalisations de Congré (84eme) et de Sanson (86eme). Et l’avant-dernière défense du championnat a une nouvelle fois porté un coup aux espoirs de maintien, les coéquipiers de Signorino restant scotchés à la 18eme place, avec une longueur de retard sur le Gazélec Ajaccio.

Rendez-vous avec Marseille et Lyon…

« Mon regret, c’est de ne pas avoir atteint la mi-temps à 0-0, a expliqué David Guion, qui n’a eu qu’une semaine pour mettre ses idées en place, à l’issue de la rencontre. Montpellier marque sur sa seule occasion. Ensuite, les garçons se sont libérés après la pause. J’ai beaucoup aimé leur réaction et c’était logique d’égaliser. Mais derrière, on a manqué de concentration et on prend ce but sur coup de pied arrêté… C’est le tournant du match car je pense qu’on aurait été capable d’aller gagner. Il reste une lueur d’espoir et je vais essayer de la transmettre aux joueurs. On va affronter deux des plus grands clubs français, Marseille et Lyon, et il faudra faire le casse du siècle. » Sûrement avec des acteurs différents pour réaliser une performance de plus en plus incertaine.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant