Guingamp sans trembler

le
0
Guingamp sans trembler
Guingamp sans trembler

Face au dernier du championnat, Guingamp n'a pas tremblé et s'est tranquillement imposé 2-0. De son côté, Metz aggrave un peu plus sa situation, avec un treizième match consécutif sans victoire en championnat. La ligue 2 se rapproche un peu plus pour les Grenats.


Metz - Guingamp
(0-2)

C. Mandanne (26'), J. Pied (39') pour Guingamp.


De la spontanéité. Ce dont à fait preuve Guingamp pendant ce match, à l'image de Ronnie Schwartz. À peine entré en jeu, et au terme d'une superbe combinaison guingampaise, celui qui revient de blessure ne se pose pas de question. Et si c'est finalement la barre transversale qui se charge de lui donner une réponse, cette action est symptomatique d'une rencontre délaissée par le suspense. Metz, qui a pourtant eu le ballon pendant la plus grosse partie du match, s'est trop exposé, et n'a rien pu faire face aux contres bretons. Alors oui, les hommes d'Albert Cartier ont eu quelques opportunités. Mais ont-ils seulement cru être capables de revenir ? Face à une équipe en pleine bourre, il faut être réaliste, une mission bien difficile pour la moins bonne attaque de notre championnat. Car en face, Guingamp joue de manière décomplexée, directe, et cela fait mouche. Gourvennec s'est même payé le luxe de laisser Beauvue sur le banc en vue de la rencontre d'Europa League de jeudi. Une décision payante, puisque sans leur meilleur joueur, les Bretons ont déroulé, sans jamais vraiment trembler.
Quand Guingamp déroule
Metz y a donc crû pendant cinq minutes en première période. Un laps de temps qui a vu Palomino être trop court pour pousser le cuir au fond des filets. Une seule timide offensive, qui rappelle que le dernier de Ligue 1 n'est pas là par hasard. En face, tout roule pour Guingamp. Beauvue sur le banc en prévision de l'Europa League, c'est son habituel camarade Christophe Mandanne qui se met en évidence. Le Réunionnais s'offre tout d'abord un face-à-face avec Carrasso, mais doit s'incliner face à la bonne sortie du portier messin (21è). Ce n'est que partie remise pour l'attaquant breton. Pied, sur l'aile droite, adresse un amour de centre au premier poteau, repris par Mandanne d'une jolie tête plongeante (26è). Un duo pas loin de refaire mouche à peine 5 minutes plus tard, mais Pied se troue complètement sur une offrande de son compère d'attaque. Metz panique, et s'expose. À deux reprises,...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant