Guingamp remporte la Coupe de France après avoir dominé Rennes (2-0)

le
0
Guingamp remporte la Coupe de France après avoir dominé Rennes (2-0)
Guingamp remporte la Coupe de France après avoir dominé Rennes (2-0)

Tous les ingrédients étaient réunis pour une finale de Coupe de France 100% Breizh d'anthologie. D'un côté, l'En Avant de Guingamp (16e de Ligue 1), petit club familial, de l'autre le Stade Rennais (15e de Ligue 1), propriété de la famille Pinault (Kering). Et comme en 2009, ce sont les Guingampais qui ramènent la Coupe de France en Bretagne après avoir battu une équipe de Rennes tétanisée par l'enjeu.

Longtemps dominateurs, les joueurs des Côtes d'Armor ont concrétisé leur emprise sur le match grâce à une reprise pleine de sang-froid de Martins Pereira sur un centre mal repoussé par la défense. Dès le retour des vestiaires, le buteur maison, Mustapha Yatabaté, a profité d'une grossière erreur de marquage pour inscrire seul de la tête le but qui a scellé la victoire.

> Revivez la finale minute par minute :

90e+4. C'est fini, l'histoire se répète comme en 2009, Guingamp met fin aux rêves rennais de conjurer le sort.

90e+2. Dernière tentative pour l'honneur de Ntep qui finit dans les gants de Samassa.

90e. Il y a 4 minutes en plus.

88e. Dans les derniers instants, les Guingampais font tourner le ballon et commencent à savourer.

86e. Les Rennais lèvent le pied, ils montrent des signes d'abandon.

84e. Claudio Beauvue sort au profit de Fatih Atik.

81e. Samassa détourne une belle frappe d'Oliveira. Le milieu rennais prend sa chance de 30 mètres mais trouver le portier sur le chemin de sa frappe sèche. 

78e. Thibault Giresse remplace Langil.

75e. Plus volontaires, les Rennais n'arrivent pas à concrétiser leur domination temporaire.

71e. Beauvue manque le troisième ! L'attaquant part dans la dos de la surface et il n'est pas hors-jeu. Trop excentré, sa frappe croisée passe devant le but de Costil.

69e. Diallo entre à la place de Mandanne.

68e. Jean II Makoun sort au profit de Vincent Pajot.

65e. Les offensives rennaises restent brouillonnes malgré les nouveaux entrants qui ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant