Guinée-Condé exclut de reporter l'élection, heurts à Conakry

le
0

(Actualisé avec contexte) CONAKRY, 9 octobre (Reuters) - Le président guinéen Alpha Condé a déclaré jeudi ne pas avoir l'intention de reporter l'élection présidentielle de dimanche, rejetant là une demande de l'opposition, alors que des heurts ont opposé des sympathisants de partis rivaux dans la capitale Conakry. "Si la CENI (Commission électorale nationale indépendante) dit qu'elle est prête, il n'y a pas de raison de la reporter (l'élection)", a dit Alpha Condé à la presse. La CENI avait indiqué mercredi qu'il n'y avait pas lieu de remettre à plus tard le scrutin de dimanche. Jeudi, des partisans du Rassemblement du peuple guinéen (RPG) ont caillassé des sympathisants de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), de Cellou Dalein Diallo, le grand rival d'Alpha Condé à la présidentielle. Les heurts se sont étendus ensuite, faisant un mort et une vingtaine de blessés dans Conakry, selon des sources médicales. Des habitants ont fait état de tirs et de pillages jeudi soir dans le quartier de Médina. Des échauffourées entre partisans des deux formations politiques rivales ont fait plusieurs dizaines de blessés dans la région de Guinée forestière, la semaine dernière. Alpha Condé, dont l'élection en 2010 avait mis un terme à deux années de régime militaire brutal, a de bonnes chances de remporter un second mandat. Durant la campagne électorale, il a promis de lancer d'importants projets d'infrastructures destinés à améliorer la distribution d'électricité. (Saliou Samb; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant