Guillaume Garot : le travail détaché "fausse la concurrence" dans l'UE

le
2
Guillaume Garot, ministre de l'Agroalimentaire.
Guillaume Garot, ministre de l'Agroalimentaire.

La Commission européenne a présenté en mars 2012 un projet de directive pour clarifier un texte de 1996 sur le statut des "travailleurs détachés" dans d'autres pays de l'UE (la législation européenne permet aux entreprises de faire travailler leurs salariés partout dans l'UE à condition de respecter le droit du travail du pays hôte, mais en payant les cotisations sociales dans le pays d'origine). Tandis que François Hollande sillonne l'Europe pour tenter de négocier un accord pour lutter contre les abus liés à ce type d'emplois, Guillaume Garot, ministre chargé de l'Agroalimentaire, répond au Point.fr.

Le Point.fr : Pourquoi la directive sur les travailleurs détachés est-elle sur la sellette aujourd'hui, près de vingt ans après son entrée en application ? Guillaume Garot : Parce qu'il est urgent de l'encadrer sévèrement et de la faire respecter. Le nombre de travailleurs détachés a doublé entre 2010 et 2013. On estime aujourd'hui que 320 000 travailleurs sont détachés en France, en provenance avant tout des ex-"pays de l'Est" comme la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie... Dans le secteur de l'agroalimentaire, les abattoirs de porc et de viande bovine emploient en France environ 45 000 salariés, dont 4 000 sont détachés d'un autre pays de l'Union. C'est considérable. Mais où est le problème ? L'idée initiale de la directive, c'est de protéger les salariés dans le cadre d'un contrat de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le jeudi 28 nov 2013 à 16:56

    aux chantiers de l'atlantique il y a plus que cela et on met les français à la maison c(est normal pour la droite et la gauche !!

  • dratiser le jeudi 28 nov 2013 à 16:50

    meme pas 20 ans pour réagir , trop forts nos technocrates bruxellois