Guerre en Bosnie : l'ex-chef serbe Karadzic condamné à 40 ans de prison

le , mis à jour à 16:54
0
Guerre en Bosnie : l'ex-chef serbe Karadzic condamné à 40 ans de prison
Guerre en Bosnie : l'ex-chef serbe Karadzic condamné à 40 ans de prison

Plus de 20 ans après le massacre de Srebrenica et le siège sanglant de Sarajevo, les juges du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) ont rendu leur verdict contre l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie. Radovan Karadzic a été condamné à 40 ans de prison. Il a été reconnu coupable de génocide à Srebrenica, coupable de meurtres, persécutions et prise d'otages. Le TPIY l'a ainsi rendu pénalement responsable de génocide et de neuf autres accusations de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis pendant la guerre de Bosnie. 

Son avocat, Peter Robinson a affirmé que Karadzic allait faire appel de ce jugement. Il est «déçu et étonné», a assuré l'avocat aux journalistes, et pense «qu'il a été condamné sur la base de déductions». 

A 70 ans, Radovan Karadzic était inculpé de 11 chefs d'accusation pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis pendant la guerre en Bosnie, qui a fait plus de 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995. 

De nombreuses victimes, dont des anciens détenus des camps et des mères de Srebrenica, ont fait le déplacement pour le verdict, ainsi que des diplomates et journalistes venus du monde entier.

Reconnaissable à sa mèche indomptable, Radovan Karadzic était le président de l'entité des Serbes de Bosnie, la Republika Srpska. Il voulait, selon l'accusation, diviser la Bosnie et «chasser à jamais les Musulmans et Croates des territoires revendiqués par les Serbes de Bosnie».

Massacre de près de 8000 musulmans à Srebrenica

Psychiatre de formation, il était notamment accusé de génocide pour le massacre de près de 8.000 hommes et garçons musulmans à Srebrenica en juillet 1995, le pire à avoir été commis en Europe depuis la Seconde guerre mondiale. Selon l'accusation, ce massacre s'inscrivait dans le cadre du «nettoyage ethnique» planifié par Radovan Karadzic avec le général Ratko Mladic et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant