Guerre des salaires à l'hôpital des stars

le
0
L'Hôpital américain de Neuilly.
L'Hôpital américain de Neuilly.

À l'Hôpital américain, on a peu l'habitude des bagarres syndicales. Le très prestigieux établissement, fondé à Neuilly en 1906, accueille à prix d'or les stars, dirigeants politiques et grands patrons des cinq continents. Présidé par un conseil de donateurs bénévoles issus du monde des affaires, il est agréé depuis les années 1950 par la "Joint Commission" américaine, qui évalue les hôpitaux des États-Unis. Luxe, calme, ordre et beauté. Depuis le 8 janvier, pourtant, l'harmonie est rompue : à l'appel des syndicats Sud et Unsa, une partie du personnel débraye tous les jours de 14 à 15 heures pour réclamer un treizième mois.La direction ne veut pas en entendre parler. D'autant qu'elle a le soutien de quatre autres syndicats (FO, CFDT, CFE-CGC et CFTC), qui représentent 47 % des salariés et ont, eux, signé l'accord qu'elle proposait : 1 % d'augmentation à partir du 1er juillet pour les salaires inférieurs à 2 250 euros bruts, 0,7 % entre 2 500 et 3 838 euros, et 0,4 % au-delà. S'y ajoute l'intéressement, mis en place en 2010, qui s'élevait l'an dernier à 1 040 euros.6 millions de dons Insuffisant pour Sud et Unsa, qui exigent une part plus conséquente du très copieux gâteau américain. En 2013, l'hôpital a dégagé une capacité d'autofinancement de 12,1 millions d'euros. Une somme rondelette, à laquelle se sont ajoutés 6 millions d'euros de dons. "Les commissaires aux comptes nous ont appris que les revenus de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant