Guerre des monnaies : une trêve fragile ?

le
0
Certains observateurs parlent d'un accord implicite entre les grandes banques centrales. (© DR)
Certains observateurs parlent d'un accord implicite entre les grandes banques centrales. (© DR)

«La guerre des monnaies est en réalité une guerre de banques centrales qui luttent pour leurs propres intérêts tout en tenant compte de ce que les banques centrales concurrentes font», explique Sylvain Loganadin, analyste chez FXCM. «Nous pensons que la guerre mondiale des devises connait une trêve» ont toutefois récemment estimé les économistes de la banque HSBC.

«Épuisée par la bataille, il semble que la BCE (Banque centrale européenne) a abandonné son combat visant à orchestrer une inflation plus élevée à travers un taux de change affaibli. Et la Banque du Japon (BoJ) s'est rendue compte des limites de la guerre des monnaies quand la mise en place de taux d'intérêt négatifs n'est pas parvenu à entraîner un affaiblissement du yen», relèvent les experts de HSBC.

Ajustement du discours

La BCE a en effet semblé jeter l'éponge le 10 mars dernier, en axant ses nouvelles mesures de soutien monétaire sur l'accès au crédit pour relancer l'économie de l'Union monétaire, prenant ainsi ses distances avec la quête de l'euro faible, dans un contexte de tourmente sur les marchés financiers et pour l'économique mondiale depuis le début de l'année.

«Les banques centrales innovent et ajustent leur discours», soulignent les économistes de la banque Barclays. La BCE tourne son attention «vers la détente du crédit et la stimulation de la demande interne», tandis que la Réserve fédérale

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant