Guerre des clans en Algérie : Bouteflika défend l'armée

le
0
Guerre des clans en Algérie : Bouteflika défend l'armée
Guerre des clans en Algérie : Bouteflika défend l'armée

Touche pas à l'armée ! Le président algérien Abdelaziz Bouteflika est sorti de sa réserve mardi soir, après le crash d'un avion militaire qui a fait 77 morts. Non pas pour dire s'il briguait un quatrième mandat ou pas, ce que les Algériens veulent savoir, mais pour apporter son soutien à l'armée dont le chef du renseignement avait été violemment attaqué par le patron du Front de libération nationale (FLN, parti au pouvoir).

Le chef d'Etat, qui n'est toujours pas apparu public depuis son retour de l'hôpital militaire du Val-de-Grâce en juillet, n'a pas pris la parole. L'agence officielle de presse APS a cité un communiqué dans lequel il écrit : «Nous sommes certes habitués à des dépassements émanant de certains milieux à l'approche de chaque échéance mais, cette fois-ci, l'acharnement a pris une ampleur que notre pays n'a jamais connue depuis l'Indépendance, allant jusqu'à tenter de porter atteinte à l'unité de l'Armée nationale populaire ainsi qu'à la stabilité du pays et à son image à l'étranger».

Le président algérien, également ministre de la Défense, a tenu ces propos dans un message de condoléances adressé au vice-ministre de la Défense nationale et chef de l'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, ainsi qu'aux familles des victimes du crash survenu mardi dans l'est du pays. «Nul n'est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de s'en prendre à l'Armée nationale populaire ni aux autres institutions constitutionnelles du pays», a précisé le président Bouteflika dans ce communiqué lu à la télévision d'Etat.

Ce rappel à l'ordre est-il adressé au patron du FLN, Amar Saïdani, qui a récemment appelé le chef du Département de renseignements et de sécurité (DRS), Mohamed Mediène dit «Toufik», en poste depuis 1990, à démissionner ? Nul ne le sait. Car personne à Alger ne pense un instant que le patron du FLN aurait pris l'initiative de s'attaquer seul au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant