Guerre des changes : le G20 décrète la trêve

le
0
Réunis ce week-end à Séoul, les ministres des Finances des vingt plus grandes économies de la planète se sont mis d'accord pour une meilleure évaluation des monnaies mondiales.

La menace du président Lee Myung-bak a porté ses fruits. Le dirigeant sud-coréen avait promis d'empêcher les ministres des Finances du G20 de rentrer chez eux s'ils ne trouvaient pas un accord ce week-end pour désamorcer la guerre des changes. À Gyeongju, les vingt plus grosses économies de la planète ont accouché au forceps d'une trêve, qui dégage la route du sommet de Séoul, le 11 novembre prochain. «Nous sommes arrivés en Corée pleins d'appréhension, nous en repartons avec grand espoir», a résumé Christine Lagarde, soulagée, à l'issue de négociations qui ont duré jusqu'à l'aube. Les ministres des Finances et gouverneurs de banque centrales du G20 se sont engagés à établir des taux de change «davantage déterminés par le marché» et «à résister à toutes les formes de mesures protectionnistes».

Une victoire pour les États-Unis et les Européens qui dénoncent depuis des mois, sans résultat, la sous-évaluation du yuan. Et une mise en garde lancé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant