Guerre absurde entre les cités d'Asnières et de Gennevilliers

le
0
Entre les deux cités d'Asnières et de Gennevilliers, les rivalités semblent avoir toujours existé.

Ils sont comme des lions en cage, prêts à déchiqueter celui qui oserait entrer... Mais incapables de sortir par la porte ouverte pour aller découvrir le monde. La cage, c'est leur cité. Le Luth, à Gennevilliers. Les Courtilles, à Asnières. Et une frontière disputée, «la station de métro», terminus de la ligne 13. À dix stations du centre de Paris, à mille ans des Lumières, quelques dizaines d'adolescents sont prêts à mourir pour «défendre leur territoire». Pour le promeneur, pour les parents, pour tous sauf eux, l'enjeu est dérisoire. Rien ne distingue une HLM d'une autre dans cette plaine morne hérissée de tours, verticales, horizontales, grises sous le ciel bas. Et pourtant Samy, 15 ans, est tombé samedi d'un coup de couteau au thorax, pour avoir franchi une ligne interdite. «Il ne voulait sûrement pas le tuer», assure un de ces jeunes sans nom. «C'était un accident. Mais il aurait dû savoir que c'était dangereux. Il n'aurait pas dû venir à Genne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant