Guénolé : "La fracture irréparable de la gauche est un fantasme"

le
0
Arnaud Montebourg lors de la 42e Fête de la rose à Frangy-en-Bresse.  
Arnaud Montebourg lors de la 42e Fête de la rose à Frangy-en-Bresse.  

L'utilisation de l'article 49.3 par le gouvernement pour faire passer la loi travail a illustré une nouvelle fois le divorce entre la gauche au gouvernement et l'aile gauche du Parti socialiste. Manuel Valls n'a pas eu à présenter sa démission jeudi. Mais, mercredi, 56 députés communistes, socialistes, écologistes et divers gauche ont échoué à deux voix près à déposer leur propre motion de censure. Une grande première au sein d'une même majorité. Alors que Jean-Christophe Cambadélis a transmis le nom des vingt-quatre frondeurs à la haute autorité du parti qui étaient prêts à censurer le gouvernement, trois adhérents PS ont assigné jeudi leur parti devant le tribunal de grande instance de Paris pour l'obliger à respecter ses statuts, qui prévoient l'organisation d'une primaire pour choisir le candidat lors de la prochaine présidentielle.

LIRE aussi PS : derrière la fracture, l'entêtante question de la primaire

La rupture n'a jamais été aussi marquée entre les gauches du PS. Pourtant, le politologue Thomas Guénolé considère que le rassemblement de la gauche est encore possible en 2017. Mais sur le dos de François Hollande...

La gauche est-elle irréconciliable ?

La fracture irréparable de la gauche est un fantasme. Cela fait 50 ans que l'on annonce que le PS va éclater. La gauche peut se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant