Guéant nie avoir reçu de l'argent de la Libye

le
1
Guéant nie avoir reçu de l'argent de la Libye
Guéant nie avoir reçu de l'argent de la Libye

Claude Guéant, l'ex-ministre de l'Intérieur, très proche et fidèle collaborateur de Nicolas Sarkozy, est dans la tourmente. Après avoir reçu la visite à son domicile d'enquêteurs venus perquisitionner à deux reprises, pour l'affaire de l'arbitrage Tapie-Crédit lyonnais, et aussi d'éventuels financements par Kadhafi de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy, il doit maintenant s'expliquer sur la provenance de 500 000 euros versés sur son compte depuis l'étranger. Car, après ces perquisitions, les jugent s'interrogent, comme le révèle le Canard enchaîné de mardi, sur la découverte de ce versement, lié ou non au financement de la campagne de 2007. Et d'autre part, la découverte de sommes importantes en liquide sur des factures, qu'il explique avoir reçues sous forme de primes quand il était au cabinet.

Malmené dans ces affaires, Claude Guéant a réagi dès lundi soir. Pour les 500 000 euros, il maintient qu'ils proviennent de la revente, en 2008, de deux tableaux et qu'il est prêt à donner toutes les preuves aux juges. Il a redit que : «cet argent n'a strictement rien à voir avec un financement libyen. Je répète que je n'ai jamais vu trace de financement libyen, soit vers une campagne électorale, soit vers quiconque en France et je n'en ai même jamais entendu parler. Cet argent tient d'une transaction banale d'?uvre d'art. C'est juste le produit de cette vente. J'ai vendu ces tableaux à un avocat étranger. J'ai tous les justificatifs. Tout cela est une affaire privée et banale».

La toile ne valait pas 500 000 euros

Le peintre flamand Andries van Eertvelt, dont Claude Guéant dit avoir vendu deux tableaux pour un total de 500.000 euros, est un artiste du XVIIè siècle dont le prix record, hors frais, aux enchères se monte à 140.000 euros, a indiqué mardi à l'AFP la société Artprice. Un grand tableau de van Eertvelt (1590-1652) réalisé en 1640 et intitulé «La bataille de Lépante» a été adjugé 140.000 euros au marteau (hors frais) en 2010 par Sotheby's Amsterdam. "Il s'agit de deux toiles d'environ 30 cm sur 60, peintes sur bois" a précisé Claude Guéant, ajoutant mardi sur Canal+. « ces informations qui sont diffusées me portent préjudice, portent atteinte à mon honneur, me peinent, c'est déloyal", a-t-il ajouté, déplorant que « le secret de l'instruction soit de plus en plus souvent bafoué ».

Quant aux règlements de ses primes en liquide, il justifie ainsi: «les factures en liquide portent sur des montants modestes (20 000 euros). Cela vient de primes payées en liquide. Elles n'ont pas été déclarées car ce n'était pas l'usage. A posteriori, on se dit que c'était anormal. D'ailleurs, ça a été modifié». Là encore un problème se pose. Car, les collaborateurs des cabinets ministériels ne sont plus rémunérés en liquide depuis que l'ancien Premier ministre socialiste Lionel Jospin a mis fin à cette pratique, en 2001. Soit un an avant l'arrivée du collaborateur de Nicolas Sarkozy, au ministère de l'Intérieur. A entendre Roselyne Bachelot, qui fut ministre à la même époque, «soit M. Guéant est un menteur, soit un voleur !», a t-elle jugé. Claude Guéant apportera probablement sa réponse à Bachelot au 20 heures de France 2 mardi soir.

A l'origine de l'instruction ouverte le 19 avril, l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine avait affirmé en décembre au juge Renaud van Ruymbeke détenir les preuves d'un financement de la campagne de M. Sarkozy par la Libye. Claude Guéant a annoncé mi-avril avoir déposé une plainte en diffamation contre l'homme d'affaires franco-libanais.

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le mardi 30 avr 2013 à 18:20

    il est comme cahuzac rien de bon aussi MENTEUR !!!!!