Guéant conteste le rapport de la Cour des comptes 

le
0
Pour la première fois, les «sages» de la rue Cambon s'en prennent à la gestion des forces de l'ordre. Leurs critiques sont très vives. La réaction du ministre de l'Intérieur l'est aussi.

En préambule du document sans concession, rendu public aujourd'hui et que Le Figaro s'est procuré (cliquez ici pour lire l'ensemble du document), la Cour des Comptes estime que «face à la montée de la délinquance, les pouvoirs publics ont consacré des moyens croissants, budgétaires, technologiques et humains, aux politiques de sécurité publique. Les forces de police et de gendarmerie ont ainsi, durant la période 2003-2007, couverte par la loi d'orientation et de programmation (LOPSI) du 29 août 2002, bénéficié d'un renforcement de leurs crédits et de leurs effectifs pour accomplir leurs missions. Toutefois, les statistiques du ministère de l'Intérieur font apparaître que les résultats obtenus dans la lutte contre la délinquance ont été contrastés».

Au fil de 248 pages parfois rédigées au vitriol, le rapport de la Cour des comptes évoque tour à tour «l'accroissement limité du nombre de policiers», «un turn-over parfois très élevé», «l'organisation c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant