Guatemala : un comique en tête du premier tour de l'élection présidentielle

le , mis à jour à 10:08
0
Guatemala : un comique en tête du premier tour de l'élection présidentielle
Guatemala : un comique en tête du premier tour de l'élection présidentielle

Le Guatemala, petit pays de 14 millions d'habitants situé en Amérique centrale, s'est sans doute trouvé son Coluche. L'humoriste Jimmy Morales, sans aucune expérience politique, était dimanche soir en tête du premier tour de l'élection présidentielle au Guatemala. Ce choix atypique reflète le ras-le-bol du pays face à la corruption. Jimmy Morales affrontera au second tour, le 25 octobre, l'avocat millionnaire Manuel Baldizon ou l'ex-Première dame Sandra Torres. Dimanche soir, les résultats partiels étaient trop serrés pour départager M. Baldizon et Mme Torres. 

Marié et père de quatre enfants, Jimmy Morales, humoriste de 46 ans, est entré dans la vie politique récemment après avoir tenté en vain de conquérir la mairie de sa ville. Cheveux bruns plaqués en arrière, cet animateur d'une émission humoristique à la télévision, acteur comique et producteur de cinéma, était devenu célèbre avec son rôle de «Neto», un cow-boy naïf qui finit par devenir président par accident. C'est justement ce qui pourrait lui arriver, alors qu'il a percé de manière spectaculaire ces derniers mois sur la scène politique nationale, avec le parti FCN-Nacion (droite), arrivant en tête du premier tour de l'élection présidentielle malgré son absence de programme concret. Maniant l'humour durant ses meetings, il est perçu par les électeurs comme une alternative aux hommes politiques traditionnels, même s'il est critiqué pour le passé militaire de son parti. «Pendant 20 ans je vous ai fait rire, je vous promets que si je deviens président, je ne vais pas vous faire pleurer», promet-il.

VIDEO. Le Guatemala, exaspéré par la corruption, élit son président

Un président en garde à vue pour corruption

Selon le Tribunal suprême électoral (TSE), la participation avoisinerait les 60%, dix points de moins qu'en 2011, reflet d'un climat d'exaspération historique de la population, qui n'a cessé de manifester depuis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant