Guatemala/Présidentielle-Morales en tête du premier tour

le
0

(Décompte actualisé, précisions) par Alexandra Alper et Enrique Pretel GUATEMALA CITY, 7 septembre (Reuters) - Un nouveau venu en politique, l'humoriste Jimmy Morales, est en tête du premier tour de l'élection présidentielle de dimanche au Guatemala, devant deux autres candidats plus traditionnels. Selon les premiers résultats, le centriste Jimmy Morales, 46 ans, a recueilli 26,5% des suffrages après décompte de 48,7% des bulletins de vote, contre 18,1% pour Manuel Baldizon, un homme d'affaires conservateur, qui avait été considéré comme le favori du scrutin. Ce dernier se retrouve au coude-à-coude avec Sandra Torres, une ex-Première dame, avec environ 17% des suffrages. Aucun des candidats ne devrait dépasser la barre des 50%. Le second tour est prévu le 25 octobre. Le président sortant, Otto Perez, est en prison après avoir démissionné jeudi pour une affaire de corruption. Il est soupçonné d'avoir organisé une affaire de racket au sein des douanes. ID:nL5N11950N Jimmy Morales a gagné le soutien des électeurs en fin de campagne. Son slogan "pas corrompu, pas voleur", a fait mouche auprès d'une partie de l'électorat. L'humoriste n'a pas donné de programme électoral précis. Il s'est simplement engagé à lutter contre la pauvreté en améliorant l'accès à l'éducation et grâce à des mesures de décentralisation. Sandra Torres, candidate de gauche et ex-épouse de l'ancien président Alvaro Colom, a promis de lutter contre la pauvreté en portant les dépenses sociales à 0,5% du produit intérieur brut (PIB). Manuel Baldizon, du parti Lider (Liberté démocratique rénovée), a promis de lutter contre la fraude fiscale et s'est dit en faveur de mesures d'austérité. Il promeut également la modernisation de l'Etat et de lutter contre la corruption. Mais sa campagne a été entachée par des soupçons de corruption. Son associé pour la vice-présidence, Edgar Barquin, ancien dirigeant de la banque centrale, a été accusé d'association criminelle et de trafic d'influence par une commission des Nations unies. Il n'a pas été inculpé. Mario Garcia, le candidat du Parti patriote (droite) du président sortant, est loin derrière le trio de tête avec environ 4% des suffrages. (Benoît Van Overstraeten et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant