Guardiola le Citizen, logique coup resplendissant

le
0
Guardiola le Citizen, logique coup resplendissant
Guardiola le Citizen, logique coup resplendissant

Pep Guardiola sera le prochain entraîneur de Manchester City, alors même qu'il lui reste six mois à tirer au Bayern pour faire le quadruplé, tout comme Pellegrini en Angleterre. Si la nouvelle a fait grand bruit, à raison, elle n'en demeure pas moins des plus évidentes.

Comme souvent, le mercato a attendu ses derniers instants pour justifier son existence. Et non, on ne parle pas de la signature de Giannelli Imbula à Stoke. Dans un communiqué laconique, les Sky Blues ont annoncé que Pep Guardiola prendrait les rênes à la fin de la saison : " Manchester City confirme qu'il a commencé et finalisé ces dernières semaines des négociations contractuelles avec Pep Guardiola pour qu'il devienne l'entraîneur à partir de la saison 2016-2017. " Si le timing apparaît des plus étranges au premier abord, il n'est jamais que la conséquence d'une volonté de transparence du board bavarois ; Carlo Ancelotti était passé par là une poignée de jours plus tôt. Tout comme Guardiola lui-même il y a quelques années, alors que Jupp Heynckes occupait toujours un bureau à Säbener Strasse. C'est bien connu, les Allemands sont des gens prévoyants. Encore est-il qu'une fois la stupeur de l'annonce dissipée, on se rappelle que beIN Sport lâchait déjà le gros morceau cet été avec beaucoup d'aplomb. Secret de Polichinelle ou non, on parle avant tout d'une décision des plus logiques.

À lui les petites Anglaises


Pep pas forcément pleinement satisfait de sa situation au Bayern, en opposition avec sa direction sur un certain nombre de questions (Kroos, staff médical, style de jeu, Vidal…), son règne ne pouvait que s'achever. Pour mieux se poursuivre outre-Manche. Le Catalan n'a d'ailleurs jamais caché ses envies d'Albion, les répétant encore récemment. "Trois ans, c'est suffisant. J'aimerais bien rester 30 ans dans un même club, mais ce n'est pas mon genre. Je veux entraîner en Angleterre, en Premier League. Je suis jeune et j'ai besoin d'un nouveau défi, c'est la seule et unique raison", avait-il ainsi clamé le 5 janvier, dans la foulée du oui de Carlo. Restait à savoir qui allait l'emporter entre les mastodontes locaux. Quand la nouvelle du célibat à venir d'un tel lot se répand, les candidats se font forcément nombreux. United, en plein marasme Louis van Gaal, n'a jamais caché sa volonté d'attirer une personne qu'il juge digne de lui. Chelsea, débarrassé de l'encombrant Special One, aurait pu réaliser un joli pied de nez en engageant sa Némésis. Même Arsenal, dans une sorte de prophétie auto-réalisatrice du départ maintes fois annoncé de Wenger et d'un projet de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant