Guardado, le secret le mieux gardé des Pays-Bas

le
0
Guardado, le secret le mieux gardé des Pays-Bas
Guardado, le secret le mieux gardé des Pays-Bas

Si le PSV a renoué avec le succès aux Pays-Bas, le club d'Eindhoven le doit en partie à son couteau suisse mexicain Andrés Guardado, revenu à son niveau tel Ikki revenant de l'Île de la Reine morte, la vengeance en moins. Parce que le Mexicain est un mec timide qui sait se faire apprécier.

L'été dernier, le PSV Eindhoven a été plutôt actif sur le marché des transferts. Mais le club champion des Pays-Bas a surtout réalisé un bon coup mercato lors de la césure footballistique estivale. Sont-ce les exportations successives des locomotives Memphis Depay et Georginio Wijnaldum vers les grosses cylindrées de la Premier League ? Non. La venue en prêt du Belge Maxime Lestienne, auteur de performances étincelantes avec la liquette des Boeren sur le dos, notamment lors de la victoire face à Manchester United en Ligue des champions ? Non plus. L'arrivée pour 7 millions d'euros de Gaston Pereiro que l'on annonce comme un futur crack ? Encore moins. En réalité, son vrai bon coup, le PSV l'a réalisé en... mars dernier, relativement incognito, lorsque le club a décidé de lever l'option d'achat du Mexicain Andrés Guardado, arrivé quelques mois plus tôt et déjà titulaire indéboulonnable du milieu rouge et blanc. Pour la modique somme de 2,8 millions d'euros, le club du Sud des Pays-Bas s'est attaché les services d'un homme qui émarge à 123 sélections en équipe nationale. On a vu plus dégueulasse. D'autant que l'homme est littéralement devenu le patron du PSV.

Trois matchs en une semaine à Leverkusen, puis plus rien


Si le PSV a pu attirer dans ses filets un joueur du calibre d'Andrés Guardado, ce n'est pas seulement parce que le club néerlandais possède un certain standing au pays, voire en Europe, mais aussi parce que le Mexicain est arrivé dans le Brabant avec l'élastique à cheveux bien distendu. Alors qu'il vient de réaliser une saison 2012-2013 plus que correcte à Valence et que la première moitié de la suivante s'annonce du même acabit, le joueur de poche (1,69m pour 60kg) est victime du jeu de chaises musicales qui voit Nuno Espirito Santo prendre la place de Miroslav Dukic sur le banc des Che. Le Mexicain ne fait pas partie des plans du coach portugais, qui préfère favoriser l'émergence de Juan Bernat au poste de latéral gauche, et atterrit en prêt au Bayer Leverkusen. Six mois indignes pour le natif de Guadalajara durant lesquels il ne jouera au final qu'une semaine (trois titularisations entre le 23 et le 29 mars 2014, puis une entrée à la 90e minute contre Francfort en mai). Rentré en Espagne, Guardado ne se voit offrir qu'un rôle de faire-valoir dans l'effectif valencien, et ce, malgré le départ de Bernat pour le Bayern Munich. C'est alors qu'un PSV en pleine reconstruction,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant