Guantanamo : plus de la moitié des détenus en grève de la faim

le
0
Guantanamo : plus de la moitié des détenus en grève de la faim
Guantanamo : plus de la moitié des détenus en grève de la faim

Dix-neuf d'entre eux sont alimentés de force, les autres tiennent bon: dans les geôles américaines de la prison de Guantanamo (sud-est de Cuba), la grève de la faim commencée le 6 février a encore gagné du terrain ce vendredi. 97 prisonniers (sur 166) refusent désormais leur repas pour dénoncer leur conditions de détention.

A la base de leur revendication, les «onze années de détention illimitée sans procès» pour 86 détenus déclarés «libérables», alors que «le gouvernement (américain) n'a aucun projet de fermer Guantanamo et n'a aucune idée sur comment s'y prendre», selon Me Farah, l'avocat de sept détenus. D'autres accusent les surveillants de «profanations religieuses» après une fouille de leur Coran.

Débat sur l'alimentation de force

«C'est le droit des détenus de protester. Cependant, c'est notre mission de leur fournir un environnement sain, humain et sûr et nous ne laisserons pas nos prisonniers mourir de faim», a expliqué le porte-parole de la prison, le lieutenant-colonel Samuel House, alors qu'une controverse agite la prison et les associations: faut-il ou non forcer les protestataires à s'alimenter? «Nous continuerons à les empêcher de mourir de faim», a pesté Samuel House.

Cinq grévistes de la faim ont du être hospitalisés. D'autres ont des tubes insérés par la cloison nasale et reliés à l'estomac. A Guantanamo, «le régime d'alimentation forcée est très dur», a regretté un avocat du Centre de défense des droits constitutionnels (CCR), Omar Farah. Un de ses clients lui a justement confié avoir renoncé à une grève de la faim par le passé après avoir été nourri de force «au point d'être "trop plein" et de vomir, attaché à des sangles.

Mais selon Samuel House, «de nombreux détenus frappent à la porte de leurs cellules et demandent à être nourris et recevoir leurs substances nutritives délivrées par un tube [...] Ils font la grève de la faim pour exprimer une...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant