Guantanamo : la Maison Blanche met «la dernière main» à un plan de fermeture

le
0
Guantanamo : la Maison Blanche met «la dernière main» à un plan de fermeture
Guantanamo : la Maison Blanche met «la dernière main» à un plan de fermeture

C'était une promesse de Barack Obama quand il était arrivé à la Maison Blanche pour son premier mandat en janvier 2009. La Maison Blanche a indiqué mercredi mettre «la dernière main» à un plan de fermeture de la prison militaire de Guantanamo à Cuba, où les Etats-Unis détiennent souvent sans procès des hommes soupçonnés de terrorisme. Mais il faudra convaincre les républicains.

«L'administration met en fait la dernière main à la préparation d'un plan visant à (fermer) de manière responsable et sûre la prison de Guantanamo et à le présenter au Congrès», a déclaré le porte-parole de la présidence Josh Earnest, lors de son point de presse quotidien. Il reste 116 détenus dans le centre de détention militaire, ouvert il y a plus de 14 ans pour y enfermer notamment les suspects des attentats du 11-Septembre 2001.

Vingt-huit prisonniers ont quitté la prison en 2014

Mais au Congrès, les républicains majoritaires dans les deux chambres se sont toujours fermement opposés à la fermeture du camp de prisonniers. Ils se sont notamment employés à dresser des obstacles légaux pour empêcher le transfèrement de prisonniers vers les Etats-Unis ou à l'étranger.

Ces entraves n'ont cependant pas complètement bloqué les libérations. Vingt-huit détenus ont quitté la prison en 2014 vers le Kazakhstan, l'Uruguay, la Géorgie ou encore la Slovaquie. «Nous avons fait beaucoup de progrès. On est passé de 127 (prisonniers) à 116», s'est félicité le porte-parole de la Maison Blanche. «Continuer à faire fonctionner cette prison ne représente pas une utilisation efficace des impôts», a-t-il encore fait valoir.

Les Etats-Unis n'entendent pas restituer dans l'immédiat Guantanamo Bay à Cuba

Après avoir inauguré en début de semaine la nouvelle ambassade de Cuba à Washington, le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez  a insisté sur la levée complète de l'embargo mais aussi sur «la restitution du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant