Guaino propose une résolution pour suspendre les poursuites engagées... contre lui

le
3
Guaino propose une résolution pour suspendre les poursuites engagées... contre lui
Guaino propose une résolution pour suspendre les poursuites engagées... contre lui

Le député UMP Henri Guaino a déposé à l'Assemblée une proposition de résolution réclamant la suspension des poursuites judiciaires engagées contre... lui-même ! Cette proposition vise la plainte à son encontre pour «outrage à magistrat» après ses propos contre le juge de l'affaire Bettencourt Jean-Michel Gentil, selon des sources parlementaires. Interrogé mardi en conférence de presse sur la position du groupe UMP, Christian Jacob, son président, a répondu «qu'on va attendre le rapport de la commission».

Henri Guaino a été renvoyé en correctionnelle pour avoir accusé le 22 mars 2013 le juge Gentil d'avoir «déshonoré la justice» en mettant en examen Nicolas Sarkozy, dont il était le conseiller à l'Elysée et qui a finalement bénéficié d'un non-lieu. Une première audience destinée à fixer la date du procès devant la 17e chambre correctionnelle de Paris doit avoir lieu le 27 mai.

Dans sa proposition de résolution déposée le 16 mai, l'élu des Yvelines demande à ses collègues d'user de l'article 26 de la Constitution qui prévoit la suspension, pour la durée de la session, des poursuites engagées contre un parlementaire «si l'Assemblée dont il fait partie le requiert». En approuvant ce texte, écrit-il dans l'exposé des motifs, «l'Assemblée nationale rappellera que dans une société démocratique, le délit d'opinion n'existe pas, pour autant que l'expression de cette opinion ne porte pas gravement atteinte aux libertés d'autrui ou à l'ordre public». «Elle rappellera que dans une société libre, la caricature et la polémique sont préférables à la censure, que dans une société libre on peut répondre à la caricature par la caricature, à la polémique par la polémique et même à l'invective par l'invective et que le code pénal ne doit être brandi dans le débat public que dans des cas d'une certaine gravité», poursuit-il.

Sur le mode de l'anaphore, l'ex-plume de Nicolas Sarkozy continue : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le mardi 20 mai 2014 à 17:00

    Ils sont tellement habitués à se voter leurs lois, qu'ils ne se rendent même plus compte du ridicule.

  • patr.fav le mardi 20 mai 2014 à 16:51

    bande de magouilles voter FN !!!!!

  • mlaure13 le mardi 20 mai 2014 à 16:42

    UMP/PS/Sénat (trop) payés, ne travaillent que pour eux, à leur carrière. Ceux qui cherchent à se bâtir des rentes ont pris le contrôle de l’Etat, depuis 1974, et n’a cessé de se renforcer. Pour la PREMIÈRE FOIS dans l’Histoire de France, pas un membre du gouvernement actuel n’a exercé la moindre activité dans le privé et n’a JAMAIS pris le moindre risque. Les Rentiers UM/PS, TRAITRES à la Nation sont au pouvoir. TOUT pour eux et crèvent les autres !!!...