GSK enquête sur une corruption présumée aux Emirats arabes unis

le
0
GSK ENQUÊTE SUR UNE CORRUPTION PRÉSUMÉE AUX ÉMIRATS
GSK ENQUÊTE SUR UNE CORRUPTION PRÉSUMÉE AUX ÉMIRATS

par Ben Hirschler

LONDRES (Reuters) - GlaxoSmithKline, sous le coup d'une amende record de 380 millions d'euros pour corruption infligée en Chine en septembre, a dit mardi qu'il enquêtait sur des soupçons de corruption aux Emirats arabes unis (EAU).

Le premier laboratoire pharmaceutique britannique a confirmé ces investigations à la suite d'un courriel envoyé lundi à sa direction et faisant état de versements d'argent illicites présumés. Reuters a eu connaissance de ce courriel, qui émanerait d'un responsable des ventes de GSK aux EAU.

GSK enquête déjà sur divers cas de corruption présumée au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Irak et en Pologne.

"Comme nous l'avons déjà dit, nous ouvrons une enquête sur nos opérations au Moyen-Orient à la suite de plaintes antérieures. L'enquête se poursuit et ces plaintes en particulier faisaient déjà l'objet d'investigations dans le cadre de cette procédure", a dit un porte-parole de GSK.

GSK et d'autres grands laboratoires sont dans le collimateur des autorités pour des pratiques commerciales présumées douteuses.

Sanofi a annoncé lundi avoir informé les autorités américaines d'allégations concernant des "paiements inappropriés" à des professionnels de santé en Afrique de l'Est et au Moyen Orient.

Novartis doit pour sa part se défendre devant les tribunaux d'accusations de versement de pots-de-vin, tandis qu'en Pologne, deux femmes ont déjà plaidé coupable de corruption dans une autre affaire impliquant une société non identifiée.

Pour ce qui concerne les procédés de GSK aux EAU, l'auteur anonyme du courriel affirme que le laboratoire a versé de l'argent directement à des professionnels de la santé, des hôpitaux, des cliniques et des pharmacies pour s'attacher leur fidélité.

"Nous n'avons pas la moindre tolérance pour les comportements contraires à l'éthique et nous encourageons quiconque soupçonne une mauvaise conduite à se déclarer. Nous sommes résolus à engager toute action disciplinaire qui résulterait des résultats" de nos investigations, a ajouté le porte-parole de GSK.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant