Grumier se rêve en « champion de l'univers »

le , mis à jour à 06:07
0
Grumier se rêve en « champion de l'univers »
Grumier se rêve en « champion de l'univers »

Il est presque normal que Gauthier Grumier, 32 ans, soit n° 1 mondial de l'épée. Il a trois ans d'avance sur tout le monde ! Alors que les enfants commencent à imiter Zorro ou d'Artagnan vers 6 ans, lui a touché sa première lame à Nevers (Nièvre) dès 3 ans. « Mon père était maître d'armes. Mes parents n'avaient pas les moyens de me payer la crèche. La mienne, c'était la salle d'armes. J'ai pigné pour demander à mon papa de me prêter une épée. » Trente ans plus tard, le surdoué est devenu le meilleur épéiste de la planète. Vainqueur des deux principales étapes de Coupe du monde cette année, il est, selon ses propres termes, l'« ultra-favori » pour la médaille d'or. « Ouais, mais ce n'est pas toujours le favori qui finit champion olympique », tempère celui qui, depuis 2002, sue corps et âme à l'Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance) dans l'optique de cette seule journée.

 

« Quand tu es champion olympique, tu es un dieu. C'est plus fort que champion du monde. Tu es champion de l'univers tout entier ! » rêve-t-il déjà. Héritier d'une longue tradition d'épéistes tricolores, le Levalloisien veut décrocher le 6e sacre français dans cette discipline*. Cela fait vingt-quatre ans que la France attend son tour en individuel. « Je m'y prépare depuis les Jeux de Barcelone en 1992. C'est en regardant Eric Srecki à la télé que j'ai voulu devenir, moi aussi, champion olympique. »

 

A Londres, il avait tenu dix minutes !

 

Les Jeux ne lui ont pourtant pas toujours souri. A Londres, en 2012, alors qu'il était déjà vice-champion du monde, il n'était resté que dix minutes sur la piste, sorti en larmes au premier tour par un Norvégien inconnu. « C'est comme si tu venais pour acheter une Ferrari et que tu repartais avec une 4L. J'étais là pour la médaille d'or et, à 10 heures du matin, c'était déjà fini », se remémore-t-il. A Rio, Gauthier Grumier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant