Groupe Bertrand met en vente les restaurants Quick belges

le
0
MISE EN VENTE DES RESTAURANTS QUICK EN BELGIQUE
MISE EN VENTE DES RESTAURANTS QUICK EN BELGIQUE

PARIS (Reuters) - Groupe Bertrand a lancé le processus de vente des restaurants de la chaîne de restauration rapide Quick en Belgique et au Luxembourg, apprend-on de source proche du dossier.

La banque Lazard a été mandatée pour mener à bien la transaction, ajoute-t-on.

De même source, on précise que le groupe français souhaite parvenir à une transaction avant l'été, sachant que le repreneur aura la possibilité, soit de conserver la marque Quick, soit de transformer les restaurants acquis en Burger King, encore absent du marché belge.

Les actifs concernés représentent un réseau de 100 restaurants et un chiffre d'affaires d'environ 200 millions d'euros en 2015.

Le Groupe Bertrand, spécialisé dans l'hôtellerie et la restauration, a finalisé fin 2015 l'acquisition du groupe Quick à une filiale de Caisse des dépôts, avec pour objectif de transformer, entre 2016 et 2020, les 340 restaurants français de la chaîne en Burger King.

Lors de l'annonce de l'opération, Groupe Bertrand avait indiqué que la marque Quick serait maintenue en Belgique, son pays d'origine, ainsi qu'au Luxembourg et hors d'Europe.

Contacté par Reuters, Groupe Bertrand n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

La mise en vente des restaurants belges et luxembourgeois intervient alors que l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a annoncé mercredi avoir revu de "stable" à "négative" la perspective d'évolution de la note (B-) de la dette de la chaîne de restauration rapide.

Pour S&P, le projet de transformation des Quick français en Burger King comporte des risques financiers pour l'inventeur du hamburger "Giant".

S&P souligne que si la nouvelle image de Quick, devenu progressivement Burger King, ne se traduit pas par une augmentation de l'excédent brut d'exploitation (EBITDA) de la société lors de la période 2016-2020, le groupe pourrait se mettre dans une situation difficile au niveau de sa dette.

"Le plan de transition de Quick, exige, selon nous, beaucoup d'investissements dès le départ ainsi qu'une planification minutieuse et représente un haut niveau de risque d'exécution", explique l'agence de notation.

Le plan de transformation de Quick prévoit la conversion d'environ 40 restaurants au quatrième trimestre 2016, puis 90 restaurants en 2017 et en 2018. Chaque restaurant Quick sera fermé environ deux mois pour sa transformation, rappelle l'agence de notation.

Toujours selon S&P, cette dégradation intervient dans un contexte difficile pour Quick, avec un secteur français de la restauration rapide très concurrentiel, un coût du travail élevé et en outre des risques potentiels alimentaires ou d'éventuels attentats terroristes.

(Matthieu Protard, avec Raphaël Bloch et Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant