Groupe ADP : un choc bien amorti

le
0
Un des halls de l'aéroport Charles-de-Gaulle. (© L. Grassin)
Un des halls de l'aéroport Charles-de-Gaulle. (© L. Grassin)

Le propriétaire des aéroports de Roissy et d’Orly, désormais appelé Groupe ADP, a récemment fait état d’un chiffre d’affai­res trimestriel de 683 millions d’euros (+1,8%) à peu près conforme aux prévisions. Le recul des dépenses commerciales par passager (-5,3%), lié aux attentats terroristes, a été en partie compensé par l’immobilier (+4,6%) ainsi que par le pôle international et développements aéroportuaires (+23,4%).

Par ailleurs, ADP a annoncé s’être retiré de la compétition en vue de la reprise de la participation de l’État de 60% dans l’aéroport Nice-Côte d’Azur, jugé «non conforme à la stratégie» du groupe, sans parler de l’hostilité des actionnaires locaux de cette infrastructure.

Manque de catalyseurs

Le titre, en repli de 2% depuis un an, ne fait pas d’étincelles. Qu’est-ce qui pourrait le réveiller ? Les analystes d’Oddo reconnaissent que la valeur, défensive par excellence avec un rendement de 2,7% au cours actuel, manque de catalyseurs à court terme, l’exercice 2016 restant «une année de transition».

L’action se traite 10,5 fois le ratio valeur d’entreprise sur excédent brut d’exploitation. C’est davantage que son homologue allemand Fraport (8,8), mais moins que l’espagnol Aena (12,3).
 

Source


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant