Groupama AM se lance dans le prêt direct à l'économie

le
0

PARIS (Reuters) - La société de gestion de l'assureur Groupama a annoncé jeudi qu'elle se lançait dans le financement direct à l'économie pour répondre à un besoin grandissant que les banques ne peuvent plus satisfaire en raison des exigences sévères en capital que leur imposent les nouvelles régulations prudentielles.

Jean-Marie Catala, directeur général délégué de Groupama Asset Management, a précisé qu'un fonds, créé en partenariat avec Acofi, une petite société de gestion et services financiers, a commencé ce jeudi à collecter des capitaux afin de financer des projets d'immobilier de bureaux en France.

Les nouvelles exigences en fonds propres pour les banques (Bâle III) et pour les assureurs (Solvency II) "sont les deux meilleurs amis des fonds de prêts directs à l'économie", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Ce fonds commun de titrisation (FCT) sera clos dès que la collecte atteindra 400 millions, soit au plus tard en juin prochain.

Jean-Marie Catala a indiqué que 141 milliards d'euros de prêts d'immobilier commercial arrivent à échéance en 2012 en Europe, dont 15% en France.

Il n'a pas exclu que Groupama AM, qui se lance pour la première fois dans l'activité dite de "private loan", élargisse ce type de financement au secteur des entreprises ou des LBO (montages d'acquisition de société par endettement à effet de levier, qui avaient proliféré avant la crise financière de 2008).

"Pour l'instant, nous sommes prudents et commençons par du prêt à de l'immobilier de bureaux de bonne qualité, dont nous sommes sûrs du collatéral", a-t-il dit.

Thibault de Saint Priest, associé gérant d'Acofi, a expliqué que les investisseurs qui souscriraient au FCT toucheraient une rémunération variable (taux Euribor 3 mois plus 150 points de base) à laquelle pourrait s'ajouter un "boni de liquidation" en fin de vie du fonds, en 2019.

Il a ajouté que l'investissement serait réalisé sur une période de 18 mois et porterait pour 90% sur le marché primaire des prêts et pour 10% sur le marché secondaire.

"Nous voulons participer aux détails du montage", a dit Thibault de Saint Priest en ajoutant que, y compris sur le marché secondaire, le fonds s'assurerait de la qualité du bien financé en particulier d'un flux de loyers couvrant au moins 1,7 fois les intérêts.

Le montant du prêt financé ne devra pas dépasser 65% de la valeur du bien.

La crise financière de 2008 et les nouvelles règles prudentielles adoptées par les autorités de régulation ont eu pour effet de réduire le crédit bancaire et d'en augmenter le coût. De ce fait, des sociétés de gestion, à la recherche de rendement et de diversification de leurs portefeuilles, se substituent aux banques et prêtent quasi-directement à l'économie.

Ainsi Tikehau Capital, qui entend faire de cette activité un axe de son développement, a réalisé plusieurs opérations en 2011, dont le financement d'une entreprise de cliniques privées françaises, Vitalia, détenue par le fonds de Private Equity américaine Blackstone.

Raoul Sachs, édité par Julien Ponthus

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant